Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : À l'arrêt complet , verrouille gains de novembre

Wall Street : À l'arrêt complet , verrouille gains de novembre

tradingsat

(CercleFinance.com) - Cette fin de mois de novembre ressemble de façon assez troublante à une fin d'année fiscale caractérisée par une vague d'achats techniques (peu nourris en volumes mais très efficace en terme de gains indiciels, les vendeurs étant absents) destinées à donner du 'peps' aux portefeuilles avant l'arrêté des comptes au 31 décembre.

Et la dernière séance du mois s etermine parfaitement à l'équilibre après avoir reculé 'au pire' de -0,3% vers 19H00.

Le Dow Jones finit stable à 13.025Pts (+0,03%), le ' S&P' parfaitement inchangé à 1.416: ainsi, les deux seuil techniques et psychologiques majeurs (13.000 et 1.400) ont été préservés.
Seul le Nasdaq termine légèrement dans le rouge (-0,07%) dans le sillage de Groupon (-8,7%) et Eynga (-6,1%) qui perd l'exclusivité de la fourniture de jeux accessibles depuis l'univers Facebook.

Les statistiques du jour -plutôt décevantes- n'ont pas eu d'avantage d'impact que celles -plitôt encourageantes- de la veille: aucune réaction décelable lors de la publication à 14H30 d'un recul de -0,2% des dépenses des ménages américains (assorti d'une stagnation des revenus) ou d'un PMI de Chicago décevant (50,4 au lieu de 51 anticipé).

Il semble donc que les opérateurs se soient appliqués depuis 48H à verrouiller les gains de cette fin de mois de novembre tout à fait exceptionnelle (+1,2% pour le Nasdaq au global, +0,25% pour le 'S&P' qui revient de loin).
Les investisseurs veulent toujours croire à une résolution rapide de la problématique du fiscal cliff aux Etats-Unis et à une sortie de crise 'par le haut' au niveau mondial: cela fait juste 4 ans que de fortes hausses de cours font ressurgir ce genre d'espoir.

Alors que les indicateurs conjoncturels sont loin de promettre des lendemains qui chantent, les opérateurs manifestent depuis le 19 novembre un appétit pour le risque quasi univoque: ils affichent un niveau de confiance jamais observé depuis octobre 2007, comme en témoigne les indicateurs de 'stress' tels que le VIX qui flirte avec un plancher depuis 5 ans.

La question du 'fiscal cliff' soumet pourtant les investisseurs à un régime de 'douche écossaise' avec le chef des représentants républicains John Boehner qui change de discours d'un jour sur l'autre: mercredi soir, tous les espoirs étaient permis, vendredi, les négociations sont dans l'impasse et Barack Obama s'accroche à son projet d'alignement de la fiscalité des dividendes sur celles des revenus du travail.

Cela ferait doubler du jour au lendemain la facture fiscale des 2% d'américains les plus riches qui ne payaient que 15% d'impôts sur les plus values et les dividendes (lesquels pouvaient représenter 90 ou 95% de leurs ressources pour les plus 'malins'... ce qui était notamment le cas de Mitt Romney).

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI