Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street se replie, déçue par les propos de ben bernanke

Wall street : Wall street se replie, déçue par les propos de ben bernanke

Wall street : wall street se replie, déçue par les propos de ben bernankeWall street : wall street se replie, déçue par les propos de ben bernanke

NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'action ont terminé en baisse jeudi aux Etats-Unis après les signes donnés par le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, qu'un nouvel assouplissement de la politique monétaire n'était pas au programme à court terme.

L'indice Dow Jones a fini en repli de 0,44%, ou 54,49 points, à 12.437,12, et le S&P 500 a cédé 0,67%, soit 8,85 points, à 1.308,87.

Le Nasdaq a subi la baisse la plus marquée, perdant 1,22% (34,25 points) à 2.762,67.

Au deuxième jour de son grand oral devant les parlementaires américains, Ben Bernanke a rappelé que la Fed se tenait prête à injecter davantage de liquidités dans l'économie si la situation se détériorait, mais souligné que le moment n'en était pas encore venu.

Le dernier programme de soutien de la Fed, le "QE2", a alimenté un fort rally des Bourses américaines depuis septembre.

Le secteur des valeurs technologiques a accusé le plus fort recul, le titre Google cédant notamment 1,73% à 528,94 dollars avant la publication des résultats en après-Bourse.

La banque JPMorgan Chase a en revanche gagné 1,84% à 40,35 dollars grâce aux bons résultats annoncés dans la journée.

Plus généralement, le moral des investisseurs reste bas en raison du blocage politique persistant sur le budget fédéral et le relèvement du plafond de la dette.

Si un accord sur la dette américaine n'est pas conclu avant le 2 août, le pays pourrait se trouver en situation de défaut technique, une perspective qui fait frémir les marchés mondiaux.

"Il pourrait y avoir plus de volatilité -c'est-à-dire en fait des baisses- à mesure que nous nous approchons de la date butoir. Mais le marché pense que le plafond de la dette sera relevé: s'il était de l'avis contraire, nous aurions perdu 5.000 points à l'heure qu'il est", a estimé Kent Engelke, analyste chez Capitol Securities.

Ryan Vlastelica, Gregory Schwartz pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI