Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : Wall street ouvre étale, tiraillée entre la chine et l'espagne

Wall street : Wall street ouvre étale, tiraillée entre la chine et l'espagne

Wall street : wall street ouvre étale, tiraillée entre la chine et l'espagneWall street : wall street ouvre étale, tiraillée entre la chine et l'espagne

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a ouvert sur une note incertaine jeudi, le ralentissement de l'activité manufacturière en Chine, aux Etats-Unis et en Europe contrebalançant la baisse des rendements des obligations souveraines espagnoles et italiennes sur les marchés secondaires.

Après une dizaine de minutes d'échanges, le Dow Jones gagnait 0,07% (8,85 points) à 12.833,24 points. Le Standard & Poor's, plus large, reculait de 0,07% (0,89 point) à 1.354,80 points tandis que le composite du Nasdaq abandonnait 0,23% (6,72 points) à 2.923,73 points.

La croissance du secteur manufacturier américain a ralenti en juin à son rythme le plus marqué en 11 mois, sous le coup d'une diminution du nombre d'embauches et d'une demande internationale mitigée pour les produits fabriqués aux Etats-Unis, montre une enquête de Markit.

Cette statistique a occulté le léger recul des inscriptions hebdomadaires au chômage lors de la semaine au 16 juin, selon les chiffres du département du Travail.

Les investisseurs ont également les yeux braqués sur la zone euro, où le ralentissement de l'activité dans le secteur privé s'est confirmé au mois de juin, l'activité manufacturière ayant à nouveau reculé, selon les indices PMI des directeurs d'achat calculés par Markit.

En Chine, la contraction de l'activité manufacturière a été s'accentuée en juin, les commandes à l'exportation tombant à un plus bas depuis début 2009, d'après la version préliminaire de l'indice HSBC du secteur manufacturier.

"On n'attend pas de grands résultats (d'entreprise), pas de données économiques majeures ni d'annonce de la Fed et le processus politique grec suit son cours", relève Peter Kenny, analyste chez Knight Capital.

"L'attention se concentre donc sur la Chine et l'Espagne - il y a des inquiétudes face au ralentissement de la croissance mondiale et au prochain objectif de l'UE et la façon dont elle entend y parvenir."

Chuck Mikolajczak, Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...