Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : Wall street ouvre en hausse prudente, attend une direction

Wall street : Wall street ouvre en hausse prudente, attend une direction

Wall street : wall street ouvre en hausse prudente, attend une directionWall street : wall street ouvre en hausse prudente, attend une direction

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a ouvert en hausse prudente mardi, après des indicateurs un peu moins mauvais qu'attendu sur l'activité en Chine et en zone euro.

Les investisseurs, qui seront attentifs aux chiffres de ventes de logements neufs aux Etats-Unis en juillet (14h00 GMT, consensus: 310.000), devraient néanmoins rester circonspects à l'approche du discours très attendu du président de la Réserve fédérale Ben Bernanke vendredi à la conférence de Jackson Hole (Wyoming).

Dix minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones prenait 0,22% à 10.879,02 points, le S&P 500 0,07% à 1.124,65 et le Nasdaq Composite 0,36% à 2.354,28.

"La hausse d'aujourd'hui n'est pas tenable. C'est exactement ce qu'on a vu hier et les indicateurs venus de l'étranger ne sont pas suffisamment fantastiques pour générer ce genre de hausse", a commenté peu avant l'ouverture Phil Streible, de MF Global.

"Le marché place trop d'attentes dans Jackson Hole, et même si Bernanke peut dire quelque chose qui soit susceptible de stabiliser les marchés, la probabilité (de nouvelles mesures de stimulation monétaire) est quasi nulle", a-t-il estimé.

En attendant, les investisseurs trouvent peu de raisons d'acheter. La première estimation de l'indice des directeurs d'achat de HSBC pour le secteur industriel chinois en août est légèrement supérieure au chiffre définitif de juillet, mais signale toujours une contraction de l'activité.

Dans la zone euro, le secteur tertiaire a marqué une pause au mois d'août après deux années de croissance, une première estimation de l'indice PMI sectoriel ressortant au plus bas depuis septembre 2009.

Le secteur bancaire sera particulièrement surveillé ce mardi après qu'UBS a annoncé la suppression de près de 3.500 postes, dont 45% dans la banque d'affaires, afin d'économiser environ deux milliards de francs (1,76 milliard d'euros) d'ici la fin 2013.

A l'ouverture de Wall Street, l'action UBS gagnait 0,76% à dollars, tandis que Bank of America perdait 5,76%, les investisseurs craignant que le groupe ait besoin de lever des fonds propres en raison d'ennuis judiciaires dans son activité de crédit immobilier.

Goldman Sachs reculait de 1,29%, une source gouvernementale ayant rapporté que la banque avait engagé Reid Weingarten, un juriste de renom, ce que les marchés perçoivent comme le signe annonciateur d'une rude bataille judiciaire autour du rôle de la banque dans la crise financière de 2008-2009.

Ryan Vlastelica, Natalie Huet pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...