Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Wall street marque une pause, l'europe pèse moins

Wall street : Wall street marque une pause, l'europe pèse moins

Wall street : wall street marque une pause, l'europe pèse moinsWall street : wall street marque une pause, l'europe pèse moins

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini peu changée mercredi, marquant une pause après son plus haut de cinq mois la veille, la place boursière ayant effacé les pertes subies pendant l'essentiel de la séance liées au sentiment que la crise de la zone euro est loin d'être résolue.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,10%, soit 13,02 points, à 12.449,45 points. Le S&P-500, plus large, a pris 0,40 point, soit 0,03%, à 1.292,48 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 8,26 points (+0,31%) à 2.710,76 points.

Egalement plombée par le nouveau plongeon de l'euro, la place boursière américaine a passé une bonne partie de la journée dans le rouge après des déclarations de Fitch disant que la Banque centrale européenne (BCE) devait augmenter le volume de ses rachats d'obligations afin de soutenir l'Italie et éviter un effondrement "cataclysmique" de l'euro.

Le fait que Wall Street ait pu refaire le terrain perdu vers la fin de la séance est symptomatique de la déconnexion croissante entre les actions américaines et l'évolution de la monnaie unique.

"Il y un phénomène de décrochage entre les marchés américains et européens qui tient au fait que les Etats-Unis ne vont pas tomber en récession et que l'Europe, même de manière modérée, oui", a déclaré Jeffrey Saut, chargé des investissements chez Raymond James Financial.

"Il y a une fuite de l'Europe vers les Etats-Unis et le monde est considérablement sous-investi en actions américaines. Ce découplage fait affluer encore plus d'argent vers les Etats-Unis."

Selon bon nombre d'analystes, Wall Street est sous-évaluée par rapport à d'autres marchés, alors que les entreprises américaines semblent en bonne santé et que des signes d'une reprise durable de l'économie des Etats-Unis se multiplient.

Dans le sillage de la baisse des cours du pétrole, les valeurs énergétiques ont pesé sur la cote, avec un indice sectoriel en baisse de 1,32%.

Sur le Nasdaq, Urban Outfitters a dévissé de 18,63% à 23,93, le distributeur textile, qui souffre de stocks d'invendus importants, ayant annoncé le départ surprise de son directeur général.

Toujours dans la distribution, l'action Supervalu a chuté de 12,51% à 7,34 dollars après que la troisième chaîne de supermarchés aux Etats-Unis a fait état de ventes trimestrielles inférieures aux attentes des analystes financiers.

Du côté des hausses, le titre General Motors a pris 5,29% à 24,47 dollars. Peu avant la clôture, des sources ont dit que le constructeur automobile pourrait transférer davantage de production vers ses usines européennes dans le cadre d'un accord avec un syndicat allemand susceptible d'éviter un coûteux mouvement social et d'empêcher Opel de connaître la faillite.

L'action Lennar a bondi de 7,18% à 22,25 dollars après que le troisième fabricant de maisons aux Etats-Unis a annoncé un troisième trimestre de hausse de commandes et dit que le marché immobilier commençait à remonter la pente après une crise de plusieurs années.

Benoît Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...