Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Wall Street finit sur une note stable avec l'emploi

Wall Street : Wall Street finit sur une note stable avec l'emploi

Wall Street : Wall Street finit sur une note stable avec l'emploiWall Street : Wall Street finit sur une note stable avec l'emploi

par Angela Moon

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini la semaine sur une note stable vendredi, le nombre de créations d'emplois aux Etats-Unis en décembre nettement inférieur aux attentes suscitant des interrogations sur la vigueur de la croissance américaine et sur le calendrier des mesures de soutien de la Réserve fédérale à l'économie.

L'indice Dow Jones a cédé 0,05%, soit 7,71 points, à 16.437,05. Le S&P-500, plus large, a pris 4,24 points, soit 0,23% à 1.842,37. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 18,47 points (+0,44%) à 4.174,66.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow accuse une baisse de 0,2% mais le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, a pris 0,6% et le Nasdaq 1%

Les compartiments défensifs ont enregistré les meilleures performances du jour, avec notamment les "utilities" (+1,02%) et les télécoms (+0,39%).

En revanche, les secteurs plus immédiatement corrélés au rythme de la croissance économique, comme les financières (-0,13%), ont souffert.

Comme souvent lorsqu'un indicateur macro-économique est moins bon que prévu, les investisseurs se sont rués vers des valeurs jugées sûres comme les obligations souveraines. De ce fait, le rendement des emprunts du Trésor à dix ans, qui évolue inversement par rapport au prix, a reculé de 10 points de base, à 2,86%.

Cette évolution, qui a poussé vers le bas l'ensemble des taux d'intérêt, a favorisé les grands noms de l'immobilier, l'indice sectoriel progressant de 1,00% et des actions comme D.R. Horton, premier fabricant de maisons aux Etats-Unis, ont avancé de 1,84% à 22,15 dollars.

Les créations d'emplois sont tombées à 74.000 en décembre, leur plus bas niveau depuis janvier 2011, après 241.000 embauches en novembre, montrent les statistiques officielles publiées vendredi. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 196.000 créations de postes après les 203.000 annoncées initialement pour novembre et un taux de chômage de 7,0%.

Comme ces données sont en décalage important avec des données relatives à l'emploi - celles d'ADP et les inscriptions hebdomadaires au chômage - nettement plus positives, nombre d'investisseurs ont estimé que la rechute des créations de postes était en partie le fait de la vague de froid glacial qui s'est abattue sur une partie des Etats-Unis et donc de ce fait passagère.

SAISON DES RÉSULTATS

Puisque la Fed cale en partie son action sur les données en matière d'emploi, les statistiques mensuelles sont suivies d'encore plus près que d'habitude dans le sens où elles peuvent apporter des indications sur le rythme auquel la banque centrale va continuer à réduire ses rachats d'actifs obligataires.

Les chiffres de l'emploi de décembre étaient les premiers depuis que la Fed a annoncé la diminution de 10 milliards de dollars de ses rachats d'actifs mensuels, ainsi ramenés à 75 milliards.

"Depuis que les indicateurs macro-économiques semblaient suggérer une accélération de la croissance, il y avait de réelles craintes de voir la Fed accélérer le rythme du dénouement du "QE3" - ces inquiétudes ont été balayées par les chiffres de l'emploi de décembre", a déclaré Alec Young, analyste actions chez S&P Capital IQ.

"Les intervenants de marché espèrent qu'il s'agit d'une anomalie et il semble bien que la météo a joué un rôle. Mais s'il s'agit du début d'une tendance, c'est de mauvais augure pour la croissance et les résultats des entreprises."

Alcoa, comme chaque trimestre, a lancé la saison des résultats jeudi soir, avec une perte nette de 2,34 milliards de dollars sous les trois derniers mois de 2013, sous le coup d'une charge de 1,7 milliard de dollars reflétant l'impact de la dépréciation des cours de l'aluminium sur des acquisitions passées.

L'action Alcoa a reculé de 5,43% à 10,11 dollars.

Le nombre de publications de résultats va monter en puissance la semaine prochaine, avec notamment les chiffres des banques.

Le titre Sears Holdings a plongé de 13,77% à 36,71 dollars après que le distributeur a annoncé jeudi après la clôture une forte baisse des ventes de ses enseignes Sears et Kmart aux Etats-Unis pendant la cruciale période de Noël.

L'action Target a fini en baisse de 1,14% à 62,60 dollars après que le groupe de grande distribution a dit que le piratage informatique dont il a été victime pendant la période des achats de fin d'année risquait d'avoir affecté jusqu'à 70 millions de clients, un nombre bien supérieur aux premières estimations.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI