Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Clôture 'flat', perte hebdo -2,5%, baril à 86$

Wall Street : Clôture 'flat', perte hebdo -2,5%, baril à 86$

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street en termine sur un modeste rebond d'apparence purement technique (+0,15%) et qui ne gomme pas l'impression de lourdeur du marché américain... la semaine se solde d'ailleurs par un repli global de -2,5 à -3% des principaux indices US.

La clôture sera par ailleurs jugée décevante en regard des gains affichés par les 3 principaux indices avant que Barack Obama ne prononce son premier discours post-investiture.

Un bref rallye haussier s'était enclenché à partir de 15H55, dès la publication d'un indice du moral des ménages en hausse de +2,3Pts à 84,9, bien au-delà des estimations les plus optimistes.

Qu'il s'agisse d'un 'effet élection' ou pas (l'avenir apparaît toujours plein de promesses aux USA à la veille d'un scrutin, les candidats multipliant les promesses), le baromètre de l'Université du Michigan atteint un plus haut depuis l'automne 2007... ce qui, compte-tenu du taux de croissance modeste et du taux de chômage réel deux fois plus élevé que les 7,9% officiels, démontre que l'Amérique préfère toujours voir le verre à moitié plein qu'à moitié vide.

Deux heures après la publication de l'indice 'U-Mich', le S&P500 affichait encore une hausse voisine de +1,1%, le Nasdaq gagnait plus de 1,3% mais le Dow Jones n'a jamais réussi à dépasser les +0,7% (à 12.890Pts au plus haut).

Et il a tout reperdu en quelques minutes (entre 19H05 et 19H25), peu après que Barack Obama ait commencé à prendre la parole.

Il souhaite s'attaquer à la question du ' précipice fiscal ' dès le début de la semaine prochaine et donne déjà une piste sur la stratégie poursuivie : il souhaite l'extension des exonérations de taxes dont bénéficient les classes moyenne, ce qui sous-entend que celles profitant aux plus riches devraient être rediscutées.

John Boehner, le porte parole du Parti Républicain a déjà fait savoir qu'il souhaitait la reconduction de toutes les ristournes fiscales accordées sous l'ère Bush, à charge pour l'Etat de faire des économies plutôt que de lever des impôts : c'est une posture idéologique dogmatique et inflexible qui a déjà conduit le pays à plusieurs reprises à un défaut de paiement des fonctionnaires.

Il semble faire partie de ceux qui ne prennent pas en considération le fait que les recettes fiscales sont trop faibles depuis trop longtemps et que sans les ' dépenses ' (sous-entendu inutiles) du gouvernement, le PIB américain serait mécaniquement inférieur d'un bon tiers, voir davantage.

Le 'Dow 'en termine sur une progression symbolique de +0,03% (l'indice a été plombé par la chute de -6% de Disney), le ' S&P ' grappille 0,17% et le Nasdaq +0,32% grâce au titre Apple qui fait clairement la différence... mais à la hausse cette fois-ci avec un gain +1,8% (après une chute de -23% depuis son zénith des 705$ du 21 septembre).

Le Nasdaq-100 a été également soutenu par le rebond de RIM +4,2%, AMD +2,5%, Qualcomm +1,8%, Google +1,7%, Applied Materials +1,6%
Côté repli, on notait JC Penney -4,6%, Microchip -4%, Nvidia -3,9%, Activision -3,1%, Akamai -2%.


Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI