Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : Vers des prises de bénéfices à wall street avant l'emploi ?

Wall street : Vers des prises de bénéfices à wall street avant l'emploi ?

Wall street : vers des prises de bénéfices à wall street avant l'emploi ?Wall street : vers des prises de bénéfices à wall street avant l'emploi ?

NEW YORK (Reuters) - Wall Street, qui a réalisé cette semaine sa meilleure performance en deux ans, risque de rétrograder la semaine prochaine surtout si les indicateurs prévus, et au premier plan la statistique de l'emploi, n'appuient pas l'hypothèse d'une consolidation de la reprise.

Cette hypothèse s'appuie sur des statistiques meilleures que prévu parues cette semaine, en particulier industrielles.

"On a vraiment eu des gains très appréciables vers la fin du trimestre et je ne serais pas surpris qu'il y ait quelques prises de bénéfices avant les chiffres de la semaine", dit Peter Cardillo (Avalon Partners).

"La statistique de l'emploi tombe vendredi et il se peut que ça crée un peu de fébrilité, surtout dans un marché qui a déjà fortement rebondi ces derniers jours", déclare Tim Ghriskey (Solaris Asset Management).

Les volumes sont attendus faibles en raison de la Fête de l'Indépendance le lundi 4 juillet, un élément susceptible d'amplifier les fluctuations. Cela fait plusieurs semaines que les volumes sont au plus bas de l'année.

Cette faiblesse des volumes pourrait être un avantage pour ceux qui jouent la hausse, surtout après que l'indice S&P-500 a dépassé sa moyenne mobile de 200 jours, un important seuil de soutien technique, et celle de 50 jours, qui représentait une barre de résistance.

"L'état d'esprit est porté au risque, ce qui stimule le marché même si la plupart des gens ne savent pas trop où ils en sont. C'est ce qui arrive surtout quand le volume est très faible; la dynamique fait la tendance, voilà où nous en sommes", dit Peter Kenny (Knight Capital).

Sur l'ensemble de la semaine écoulée, le Dow Jones a gagné 5,4%, le S&P-500 5,6% et le Nasdaq Composite 6,2%. Ce sont leurs plus gros gains depuis juillet 2009.

La Grèce et la crise de la dette dans la zone euro étant un souci moins présent dans l'esprit des investisseurs, ces derniers s'intéressent surtout à présent à la question de la dette américaine.

Le Trésor presse le Congrès d'adopter un relèvement du plafond d'endettement faute de quoi, dit-il, il ne pourra plus emprunter légalement à partir du 2 août.

La "saison" des résultats de sociétés débutera le 11 juillet avec l'aluminier Alcoa comme à l'accoutumée. Le ralentissement économique mondial observé au deuxième trimestre pourrait donner lieu, avant ou après cette date, à des annonces décevantes en matière de perspectives de résultats.

Ce qui serait évidemment préjudiciable à la Bourse.

Chuck Mikolajczak, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...