Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Rumeur mes/fesf démentie, monte sur rumeur fed

Wall street : Rumeur mes/fesf démentie, monte sur rumeur fed

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street clôture en hausse de +1% et affiche une progression comparable à celle observée vers 17H30. Le Dow Jones a pris +0,75%, le 'S&P' +0,98% mais c'est assez éloigné des meilleurs niveaux du jour: Wall Street avait nettement accéléré la cadence vers 19H, le Dow Jones prenant 150Pts, le 'S&P' +1,4%, ce qui lui permettait de renouer avec les 1.363Pts, son zénith de mai 2011.

Les opérateurs réagissaient à nouvelle ' rumeur ' qui circulait à la mi-séance: un informateur -se voulant proche des participants du 'G20'- et désirant garder l'anonymat (comme d'habitude !) évoquait un revirement de position d'Angela Merkel qui accepterait de voir la MES et le FESF acheter directement les dettes souveraines de pays en difficulté dès l'émission (pas besoin d'Eurobonds dans ce cas-là).

Si cette nouvelle est fondée, pourquoi avoir attendu si longtemps pour adopter cette solution ? L'Euro a bondi jusque vers 1,2730 (les cambistes cette fois-ci s'y sont laissés prendre) mais cela n'a pas duré !

Un officiel allemand a démenti la 'rumeur' vers 21H, provoquant un reflux de l'Euro et des indices US, mais les opérateurs ont continué de 'payer' car ils s'accrochent à l'autre 'rumeur' qui date déjà d'une dizaine de jours et qui évoque avec insistance un geste de la FED en faveur de la croissance.

L'hypothèse d'une poursuite de l'opération 'twist' tiendrait la corde car il serait assez étonnant que la FED opte pour un 'QE-3' alors que les indices US ne sont qu'à 4% de leurs meilleurs niveaux testés en juin 2008. C'était avant le début de la crise globale de la dette, quand la croissance US dépassait les 3%, quand l'Europe n'imaginait même pas se retrouver en récession, et encore moins au bord de la désintégration.

Parmi les écarts les plus marquants à la hausse, il y eut sans surprise Microsoft (+2,9% au lendemain du lancement de sa tablette 'Surface') Oracle (+3,1%), dopé par ses bons résultats puis le compartiment bancaires avec Bank of America avec +4,5%, Morgan Stanley avec +3,2% puis JP Morgan avec +2,2%.

Parmi les rares replis du jour, on notait JC Penney (qui a plongé de -8,6%sur l'annonce du départ de son CEO Michael Francis), Expedia avec -2,9% et Dell avec -2%. A noter la forte hausse de Sears (+5,5%) alors que JC Penney s'enfonce dans la crise.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI