Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : Les fusions-acquisitions ont soutenu wall street

Wall street : Les fusions-acquisitions ont soutenu wall street

Wall street : les fusions-acquisitions ont soutenu wall streetWall street : les fusions-acquisitions ont soutenu wall street

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - La tendance était à l'achat lundi à Wall Street, les investisseurs saluant l'annonce de la vente de T-Mobile USA à AT&T par Deutsche Telekom pour 39 milliards de dollars, plus grosse opération de fusion-acquisition depuis le début de l'année.

AT&T a fini en hausse de 1,14% à 26,26 dollars après l'annonce de la vente de T-Mobile USA au groupe américain par Deutsche Telekom. Dans son sillage, Verizon a gagné 0,75% à 71,96 dollars.

"L'accord de AT&T n'est qu'une partie du tableau. L'autre partie, ce sont les informations encourageantes en provenance du Japon et le fait que la situation n'empire pas en Afrique", a commenté Gail Dudack de Dudack Research.

Si les perspectives de l'économie japonaise n'ont rien de reluisantes à court terme, l'espoir de voir un apaisement de la crise nucléaire et les propos de Warren Buffet, qui jugent que les actions nippones sont séduisantes, ont soutenu la tendance.

L'indice Dow Jones a gagné 1,50% ou 178,01 points à 12.036,53 points et le Standard & Poor's 500 1,50% ou 19,18 points, à 1.298,38 points. Le composite du Nasdaq s'est avancé de 1,83% ou 48,42 points, à 2.692,09 points.

Le dossier AT&T/T-Mobile a occulté la publication par la National Association of Realtors de chiffres décevants sur le front de l'immobilier. La fédération des agents immobiliers a annoncé que les ventes de logements anciens ont reculé en février de 9,6%, une baisse beaucoup plus importante que celle de 4% prévue par le consensus.

L'action du joaillier Tiffany a bondi de 5,11% à 60,22 dollars dans le sillage de la publication par le groupe d'un bénéfice net en hausse de 31,1% à 181,2 millions d'euros au quatrième trimestre 2010 et de prévisions de croissance encourageantes.

Citigroup a fait part lundi de son intention de réduire le nombre d'actions ordinaires en circulation et rétablir le dividende, ce qui constitue une nouvelle étape du redressement de la banque qui avait frôlé la faillite pendant la crise financière mondiale.

De l'avis de nombreux observateurs, le regroupement d'actions a un objectif essentiellement psychologique et cela n'a pas impressionné les marchés puisque le titre a fini en baisse de 1,33% à 4,44 dollars.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...