Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall Street : La rotation d'actifs devrait se poursuivre à Wall Street

Wall Street : La rotation d'actifs devrait se poursuivre à Wall Street

tradingsat

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - La rotation en faveur des secteurs cycliques du S&P 500 et au détriment des valeurs défensives devrait se poursuivre à Wall Street si la présidente la Réserve fédérale Janet Yellen laisse entrevoir une hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis avant la fin de l'année.

Cette dernière doit en effet s'exprimer vendredi à l'occasion du symposium économique Jackson Hole, dans le Wyoming, la réunion annuelle des dirigeants de banques centrales du monde entier qui dure cette année du 25 au 27 août.

Plusieurs dirigeants de la Fed ces derniers jours ont tenu des propos contradictoires au sujet de l'opportunité d'un tour de vis monétaire en 2016.

John Williams, président de la Fed de San Francisco, a déclaré jeudi qu'il n'était pas pressé de relever les taux mais qu'un nouveau tour de vis monétaire aux Etats-Unis aurait du "sens" et qu'il ne fallait pas exclure par principe une initiative de la banque centrale américaine en septembre.

En revanche, Robert Kaplan, le président de l'antenne de la Réserve fédérale de Dallas, a estimé que la marge de manoeuvre pour une hausse des taux était limitée.

Et le compte-rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed, celle des 26 et 27 juillet, a montré que les membres de ce comité restaient divisés sur la nécessité de relever les taux d'intérêt dans un avenir proche.

Dimanche, Stanley Fischer, le vice-président de la Réserve fédérale, a estimé que cette dernière se rapprochait de ses objectifs de plein emploi et d'une inflation de 2%, sans pour autant se prononcer sur le calendrier d'une éventuelle hausse des taux d'intérêt.

Vendredi, la Bourse de New York a fini dans le rouge, les valeurs liées aux services aux collectivités et celles des télécoms, deux secteurs défensifs, ayant pesé sur la tendance en raison des interrogations sur l'évolution des taux d'intérêt au cours des prochains mois.

Ces deux secteurs, qui restent en hausse de plus de 15% depuis le début de 2016 (contre +6,85% pour le S&P 500), ont profité pendant une bonne partie de l'année de l'appétit des investisseurs pour les rendements élevés dans un contexte de retours historiquement bas sur le marché obligataire.

Pour la plupart des analystes, ils seront les premiers à souffrir de la poursuite du cycle de hausse des taux, que la Fed a relevés pour la première fois en près de dix ans en décembre dernier.

A en croire le mouvement de rotation déjà à l'oeuvre dans les actions, les intervenants de marché semblent faire le pari d'un tour de vis monétaire imminent.

PAS DE RECUL GÉNÉRALISÉ DE WALL STREET EN VUE

Le secteur des "utilities" a subi sur une série de quatre baisses hebdomadaires de suite et accuse un repli de près de 6% par rapport au record historique atteint début juillet. Celui des télécoms a pour sa pour part fini dans le rouge à trois reprises au cours des quatre dernières semaines.

A l'opposé, le compartiment des valeurs industrielles, a terminé vendredi sur une troisième semaine de hausse de suite, portant sa progression à plus de 10% depuis le début de l'année.

Le repli des télécoms et des utilities observé ces dernières semaines est "l'élément le plus constructif constaté récemment sur le marché", a déclaré Art Hogan, chargé de la stratégie chez Wunderlich Securities.

Selon ce dernier, la Fed prépare les investisseurs à une hausse des taux d'intérêt cette année. "Les données économiques se sont améliorées depuis le derniers discours public de Janet Yellen", rappelle-t-il.

Selon la Réserve fédérale d'Atlanta, la croissance de l'économie américaine devrait atteindre 3,6% en rythme annualisé au troisième trimestre, soit trois fois le chiffre provisoire publié le mois dernier pour le deuxième trimestre.,

Parmi les indicateurs macroéconomiques au programme de la semaine figurent notamment les ventes de logements neufs du mois de juillet (mardi), les reventes de logements (mercredi), les commandes de biens durables (jeudi) et la deuxième estimation du PIB du deuxième trimestre (vendredi).

Selon Jim Paulsen, chargé de la stratégie chez Wells Capital Management, la rotation sectorielle qui se dessine ne se traduira vraisemblablement pas par une hausse significative du S&P 500 dans son ensemble.

Il ajoute qu'une hausse des taux d'intérêt "éliminerait une bulle potentielle des valeurs défensives sans pour autant fait tomber le marché actions dans son ensemble".

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...