Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : L'inertie haussière ne profite plus qu'au S&P500

Wall Street : L'inertie haussière ne profite plus qu'au S&P500

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street enchaîne les records mais les indices progressent désormais millimètre par millimètre: le Dow Jones ou le S&P500 (+0,07% respectivement) ont pris 0,45% en 6 séances - dont 5 de hausse - et aucun repli de plus de 0,1% n'était à déplorer jusqu'à ce soir où le Nasdaq cède 0,37%.

Pour les médias US, ce qu'il faut retenir, c'est que la débâcle japonaise (-3% à Tokyo ce matin) n'a nullement affecté Wall Street et que le S&P500 a inscrit - en solo - un nouveau record historique de clôture à 2.041Pts (à défaut d'établir un nouveau 'plus haut absolu' en séance).

Mais derrière l'apparente ferveur haussière et l'optimisme univoque des investisseurs, quelques lézardes commencent à apparaître: le 'VIX' a fait un bond de +5% à 14 (au lieu de se replier sous les 13 comme la logique habituelle le laisserait supposer).

D'autre part, l'indice Russel-2000 chute de -0,8%, le 'Dow Transport' a lâché 0,55%. En ce qui concerne ce dernier, ce n'est rien: il a ricoché sous 9.100 ce lundi, c'est à dire sous les plus hautes couches de la stratosphère et sa tendance haussière n'est pas remise en cause.

La séance a été animée par la confirmation - après un minuscule suspens - du rachat de Baker Hugues (+8,9%) par Halliburton (-10,6%) pour 34,6Mds$ (c'est le montant qui circulait sur les marchés dès vendredi).

Les chiffres US du jour n'ont pas joué un rôle mesurable: la production industrielle des Etats-Unis a baissé de 0,1% en octobre, là où les analystes ne tablaient en moyenne que sur une hausse de l'ordre de 0,2%.

Cette baisse surprise intervient après une augmentation de 0,8% en septembre (révisée par rapport à +1% en première lecture), d'après la Réserve fédérale qui dévoile ces données.

Inversement, l'activité manufacturière accélère son expansion dans la région de New York ce mois-ci, à en croire l'indice 'Empire State' qui ressort à 10,2 points, après 6,2 points en octobre.

Faute de bons chiffres, Wall Street peut s'inspirer des plus mauvais: des médias expliquaient dès ce lundi après-midi que les malheurs du Japon (PIB en repli de -0,4% au T3 après -1,9% au T2) devraient renforcer l'attractivité des valeurs américaines et doper la hausse des indices US.

Parmi les replis qui ont plombé le Nasdaq, on remarquait Staples -3,6%, Discovery -2,6%, Adobe et Tripadvisors -2%, Gilead -1,6%, Google -1,5%, Applied Materials -1,45%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI