Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : Fin de semestre de rêve, envol historique baril

Wall street : Fin de semestre de rêve, envol historique baril

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les indices US finissent le mois de juin et le 1er semestre en beauté: la quasi totalité des gains du mois écoulé (+3% pour le Nasdaq sur +3,8%) ont été engrangés à l'issue de cette seule séance de vendredi. Sans ce 'petit miracle', le bilan boursier aurait été très voisin de +1% en moyenne (le 'S&P' a pris +2,5% sur les 3,5% engrangés depuis fin mai)... et considéré comme insignifiant. Cette dernière séance du semaine a permis de propulser les scores à +8,3% pour le 'S&P' et +12,65% pour le Nasdaq. Difficile de se convaincre que la FED pourrait juger urgent de soutenir Wall Street par un 'QE-3' (ou autre stimulus monétaire) parce que les actions sont tellement sous-évaluées (elles ne sont qu'à 4 ou 5% de leurs sommets annuels). L'accord européen est vraiment tombé au bon moment pour les places boursières: tout le monde n'avait que le 'MES' à la bouche... sauf que le MES n'existe que sur le papier, n'est pas encore doté du 1er Euro, n'a pas encore édicté de règles en matière de garanties apportées par les emprunteurs, ne serait activé qu'en cas d'unanimité des 16 membres de l'Eurozone (ce qui laisse à l'Allemagne la possibilité de bloquer l'attribution des fonds).

Aucun des ces 'petits détails' n'a été jugé de nature à tempérer l'euphorie ambiante, ni en Europe, ni à Wall Street.

La plupart des opérateurs interviewés à la clôture des transactions ce vendredi ont salue la hausse de 2,5% de Wall Street mais ils ont surtout axé leurs commentaires sur l'explosion sans précédent du prix du baril de pétrole sur le NYMEX : +9,2% en quelques heures à 84,85$.

Il s'agit de la plus forte hausse depuis le 6 juin et le 4 novembre 2008 (+8,4% et +10% respectivement): aucune autre hausse ne s'est avèrée supérieure à 9% depuis fin 2005.

De l'avis de tous les spécialistes, ce sursaut provient d'un mouvement massif de 'short covering' lié à l'effet de surprise de l'accord européen sur le 'MES' et n'est en rien lié aux 'fondamentaux'. Aucun chiffre économique publié ce jour ne l'explique, ni une quelconque variation de l'offre de l'OPEP, ni la moindre tension géopolitique.

Tout est lié à de la spéculation pure et simple, à des paris -perdus- sur l'échec du sommet de Bruxelles et sur la poursuite de la récession.

Cette anticipation d'un ralentissement économique -qui a peu de chance de s'inverser par la magie du renflouement des banques espagnoles- a également entraîné des rachats de 'shorts' sur les métaux industriels en général et le cuivre en particulier. Et le cuivre a également enregistré un spectaculaire rebond de +5%.

Cela n'a évidemment aucun rapport avec les chiffres du jour, ni le recul du PMI de Chicago, ni celui de 0,1% des dépenses des ménages, ni la chute de -6,1Pts du moral des ménages américains, tombé au plus bas depuis le début de l'année, notamment à cause de craintes sur l'emploi.

L'indice de confiance des consommateurs compilé par l'Université du Michigan a plongé de 79,3 vers 73,2 (contre 74,1 anticipé par les analystes). Le rebond de l'Euro (+1,7% à 1,2660$) redonne un peu d'oxygène aux valeurs exportatrices américaines mais cela ne saurait faire oublier les 'profit warnings' qui se succèdent depuis 3 jours et qui sont de mauvais augure à une semaine des premiers résultats officiels du second trimestre (qui pourrait être le plus médiocre depuis la crise de 2008 selon certains analystes).

Parmi les rares replis du jour, notons Nike -9,4%, Ford -5%, Aetna -2,7%.

Sans quoi, le Nasdaq-100 et le 'S&P' affichaient du vert de façon quasiment uniforme... avec une activité particulièrement soutenue sur Bank of America (+5,7%) et son concurrent JP-Morgan (-0,7% et seul repli du Dow Jones).

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...