Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Wall street évoluera en fonction de l'europe et de la fed

Marché : Wall street évoluera en fonction de l'europe et de la fed

Wall street évoluera en fonction de l'europe et de la fedWall street évoluera en fonction de l'europe et de la fed

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) - Wall Street comptera sur la Réserve fédérale et sur l'Europe la semaine prochaine pour continuer sur sa lancée haussière après avoir réalisé sa meilleure performance hebdomadaire depuis le début juillet.

La Fed se réunit mardi et mercredi et les boursiers attendent d'elle qu'elle prenne des dispositions pour exercer une pression à la baisse sur les taux d'intérêt à long terme et par contrecoup donner un coup de pouce à la croissance.

Cette réunion s'étalera sur deux jours, alors qu'une seule journée était prévue à l'origine. Mais le président Ben Bernanke avait dit à Jackson Hole, le 26 août dernier, que la réunion durerait deux jours pour discuter des moyens de doper la reprise économique.

Les investisseurs garderont également un oeil attentif sur l'Europe et la crise de sa dette. Les ministres européens des Finances ont convenu samedi qu'une attention particulière devait être portée à la capitalisation des banques, sans toutefois considérer que celles-ci avaient un besoin urgent de nouveaux fonds.

"C'est l'inconnue totale parce que les problèmes de l'Europe sont peut-être du même ordre que ce qu'on a vu en 2008 mais ils sont bien plus difficile à résoudre car il est bien plus difficile de traiter la dette d'un pays qu'une dette immobilière", commente Gail Dudack (Dudack Research Group).

Même si l'indice S&P-500 a progressé durant la semaine écoulée, il est resté coincé dans une fourchette d'une centaine de points ces six dernières semaines. Il est probable qu'il rencontrera une résistance non loin de sa moyenne mobile à 50 jours, autour de 1.228. Les analystes voient ensuite la prochaine barre de résistance à 1.250.

"Jusqu'à présent cette marge de fluctuation se développe d'une manière très positive et très saine", constate toutefois Dudack. "A plus long terme, le marché paraît mieux mais nous nous rapprochons de cette résistance de 1.250 et ce serait très étonnant qu'on la passe vite. Ca risque de prendre un peu plus de temps; il ne faut pas en être déçu".

Quelques grosses sociétés publieront leurs comptes la semaine prochaine, dont Nike, Oracle, Adobe Systems et FedEx.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI