Bourse > Actualités > Points de marché > Wall Street : Envolée avec la BCE et le super Tuesday

Wall Street : Envolée avec la BCE et le super Tuesday

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street s'est envolé dans des proportions que personne n'avait anticipées et qu'aucun chiffre économique ne justifiait : le Nasdaq a explosé de pratiquement +3% et le 'S&P' de +2,4% (sa deuxième plus forte hausse de l'année 2016 et sa troisième plus forte en six mois).

Mais justement, le tableau conjoncturel est si dégradé (déflation, croissance trop faible, contraction du commerce mondial) que la BCE s'en émeut ouvertement: Mario Draghi a confirmé en fin de journée depuis Francfort que la BCE se préparait à agir et qu'elle n'envisageait aucune limite à son action (l'évolution des prix est plus faible qu'attendu, un examen approfondi des 'effets de second tour' est en cours).

Il n'a fait que répéter mot pour mot un discours constant depuis la mi-janvier... mais le marché ne veut retenir que la promesse de plus de liquidités et de taux toujours plus bas (prises en pension à -0,4% dès le 10 mars ?).

La logique des flux a ressurgi et les marchés sont repassés massivement en mode 'risk-on': le rally de ce 1er mars a emporté toutes les résistances techniques sur son passage, et notamment celle des 16.740 points sur le Dow Jones et celle des 1.950 points sur le 'S&P' (qui a terminé à 1.978 points).

Même si les commentateurs essaient de justifier ce scénario par la publication d'un ISM manufacturier qui ressort à 49,5 contre 48,2, il aligne son cinquième mois consécutif sous le seuil technique des 50.

La hausse de +1,5% des dépenses de construction a été montée en épingle et présentée comme un signe 'extrêmement positif' (alors que le marché néglige d'habitude cette statistique mineure).

Ce ne sont évidemment pas de tels chiffres qui dopent Wall Street mais bien le pari sur le 'no limit' de la BCE, puis l'anticipation d'un statu quo de la Fed durant de longs mois (l'enthousiasme affiché à propos des dépenses de construction est de ce point de vue totalement contradictoire).

Et 'last but not least', les marchés américains essayent de se convaincre que l'Amérique se dirige vers un duel Clinton/Trump : ce 'super tuesday' s'est conclu par le triomphe des deux candidats qui sont perçus comme 'pro-Wall Street' (Hillary Clinton) ou ultralibéraux (Donald Trump).

Tous les secteurs de la cote ont grimpé sans distinction, pas moins de 10% des composantes du 'S&P' ont gagné plus de 4%, les financières en tête de liste (un duel Clinton/Trump, ce serait de l'or en barre) avec JPMorgan à +5,2%, Bank of America à +5,4%, Suntrust +5,5%, Morgan Stanley +5,65%, Citigroup et Régions Financial +6,1%, Prudential +6,3%.

Au moins, Wall Street ne fait pas mystère de ses motivations.

Au sein du Nasdaq, priorité au risque avec les 'biotechs' en tête de liste : Alexion et Biomarin ont flambé de +7%, Regeneron de +6,8%, Vertex de +4,8%.

Les rachats indiciels ont également boosté le 'AAA' et leur 1.300 milliards de dollars de capitalisation cumulée : Apple avec +4%, Amazon avec +4,4%, Alphabet avec +3,5%.

Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI