Bourse > Actualités > Points de marché > Wall street : Déprimé par une nouvelle offensive des agences

Wall street : Déprimé par une nouvelle offensive des agences

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street a suivi le scénario observé sur les places européennes jusqu'à 1 heure de la clôture (ouverture négative de -1% puis remontée à l'équilibre vers 19H45, valse hésitation durant l'heure suivante): c'est le moment qu'a choisi Fitch pour avertir les marchés qu'une poursuite des 'désordres' sur les dettes européennes pourrait contaminer les banques américaines, dans le même temps, Moody's dégradait la note d'une dizaine de banques allemandes.

Cela a provoqué un véritable 'sell off' qui s'est traduit par une chute verticale de -200Pts du Dow Jones (-1,6% au final avec ses 30 comosantes en repli) et de -20Pts du 'S&P' (-1,66% avec 95% de titres en baisse).

Le Nasdaq (-1,73%) est passé en 90 minutes de 2.690 à 2.640Pts... et il clôture au plus bas du jour, ce qui semble mauvais signe d'un point de vue technique. Le 'S&P' ne dispose plus ce soir que d'une marge de sécurité d'environ -1,5% avant de menacer le support décisif des 1.220Pts.

Barack Obama a également commenté la crise des dettes souveraines en pressant les gouvernement européens d'agir au plus vite pour stabiliser la situation et mettre en place des solutions efficaces.

Fitch tout comme la Maison Blanche pointent du doigt le même écueil: le manque de gouvernance au sein de la zone Euro, l'absence de mécanisme de garantie des dettes souveraines.

L'avertissement de Fitch a été pris d'autant plus au sérieux que 3 nouvelles banques européennes (dont l'identité n'a pas été précisée) ont dû se tourner vers la BCE pour obtenir des Dollars, leurs contreparties américaines ne leur faisant plus confiance.

Tout ceci ravive de bien mauvais souvenirs qui remontent à l'automne 2008, lorsque le marché interbancaire s'était littéralement figé, privant les établissements de crédit de leur capacité de distribuer de nouveaux prêts pendant des semaines. Et la situation actuelle présente de plus en plus de similitudes avec la période septembre/novembre 2008, les dettes souveraines se substituant aux 'subprime'.

La récente faillite de MF Global engendre également quelques inquiétudes dans la mesure où d'importantes positions à terme (sur les dérivés de matières premières) devront être débouclées par les clients du courtier, dans des conditions difficiles à cerner, sans parler d'une ardoise de plusieurs milliards $ pour les créanciers.

Les valeurs bancaires ont plombé le 'S&P' avec Morgan Stanley (-8,3%), Discovery -4,8%, Genworth -4,4%, Goldman Sachs et Citigroup -4,2%, JP-Morgan -3,8%, Capital One et Melon Bank -3,7%.

Les rares publications de trimestriels ont déçu et Abercrombie & Fitch a plongé de -13,7% (hausse des ventes mais chute des marges), Valero a dévissé -9,3% (malgré un baril de pétrole qui caracolait vers 102$).

Peu après la clôture, Netapp annonçait un chiffre d'affaires de 1,5Mds$ et un profit de 165Mns$ au 3ème trimestre 2011 (contre 175Mns$ un an auparavant) et un revenu de 0,63$ par titre, conformément au consensus... qui devait miser sur des chiffres plus élevés puisque le titre dévissait de -7,5% à 37,7$ après -2,8% en séance à 40,75$.

Le Nasdaq a également été plombé par Netfix -5,9%, Monster -5,1%, Flextronics et Newscorp -3,9%, Comcast -3,5%, Dell -3,2%, Symantec -3,1%, Microsoft -2,5%,

Parmi les rares rescapés du jour, Micron a fait un bond de +23,4%, Autodesk de +4,5%.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI