Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : Après le séisme, la prudence est de mise à wall street

Wall street : Après le séisme, la prudence est de mise à wall street

tradingsat

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - De la guerre en Libye au séisme japonais, en passant par l'Arabie saoudite où de très inhabituelles manifestations politiques s'organisent, les événements se succèdent et perturbent des investisseurs qui n'aiment rien moins que l'inattendu lorsqu'il n'est pas porteur de bonnes nouvelles.

Le S&P 500 s'est traité la semaine dernière à un niveau inférieur à sa moyenne sur 50 jours et il n'est plus très loin des 1.275, un niveau de résistance atteint début janvier.

La confluence des événements devrait sans aucun doute inciter à la prudence et la fébrilité des investisseurs pourrait raviver les craintes d'une correction, estiment les analystes.

Certes, les indices restent à des niveaux plus élevés qu'en septembre, point de départ du rally boursier, mais ils s'inscrivent en baisse depuis deux semaines en dépit du sursaut affiché vendredi soir.

"Les cours pétroliers s'envolaient avant que ne se déclenchent les tensions dans le monde arabe et s'il se produit quelque chose de significatif en Arabie saoudite -et je ne pense pas que cela se produira- tout est possible pour les cours du brut", estime Thomas Villalta, gestionnaire de portefeuille de Jones Villalta.

"Je pense qu'il y a de la place pour une nouvelle récession."

Des militants démocrates saoudiens ont lancé sur internet un appel à manifester en masse vendredi pour réclamer l'abolition de la monarchie absolue en Arabie saoudite, mais le vaste dispositif policier déployé pour l'occasion a apparemment dissuadé les contestataires.

RISQUES

Depuis la révolution de jasmin en Tunisie, suivie de la démission de Hosni Moubarak en Egypte et de la guerre en Libye, la moindre crainte de déstabilisation dans le monde arabe fait sursauter les cours pétrolier, faisant peser des risques sur la reprise mondiale, en particulier dans les pays développés où la croissance n'est pas reluisante.

Tout est donc réuni pour que les investisseurs prêtent une oreille plus qu'attentive aux propos que pourraient prononcer les responsables de la Fed lundi après la réunion de son comité de politique monétaires.

La semaine dernière, le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet a mis en garde contre les risques inflationnistes et surpris les marchés en déclarant que la BCE pourrait relever ses taux d'intérêt dès avril.

La Fed ne devrait pas toucher à ses taux directeur et il est peu probable qu'elle ne donne pas d'indice sur l'évolution à venir de sa politique monétaire.

"La Fed est en pilote automatique. Je pense que les marchés ont raison de penser qu'elle fera tout ce qui est possible, jusqu'à un troisième plan d'assouplissement (QE3), s'il elle a la preuve que la croissance ne décolle pas", a dit Joseph Battipaglia de Stifel Nicolaus.

Les yeux des investisseurs se tourneront bien sûrs vers le Japon. Le séisme et le tsunami qui a suivi ont porté un rude coup à l'économie japonaise. Non seulement de nombreuses infrastructures ont été dévastées, mais le pays risque de devoir faire face à une crise énergétique alors que ces centrales nucléaires montrent des signes de fébrilité.

L'aversion au risque a fait un net retour vendredi lorsque de nombreux investisseurs japonais ont liquidé des avoirs étrangers pour racheter des actifs libellés en yens, a expliqué Frederic Ruffy de WhatsTrading.com.

"Ce comportement montre que la demande recule et cela fait courir des risques baissiers sur le court terme", juge Chris Burba de S&P.

Si le S&P 500 tombe sous 1.275, le prochain seuil de résistance sera situé entre 1.227 et 1.117, estime-t-il.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...