Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Wall street; 8è haussse d'affilée pour le s&p, baril à 107$

Marché : Wall street; 8è haussse d'affilée pour le s&p, baril à 107$

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street a connu sa séance la moins volatile de l'année entre 16H et 21H (heure de Paris): les opérateurs ont verrouillé les gains trimestriels et les indices US n'ont pu aller nulle part durant pratiquement 6 heures de rang.

L'essentiel, c'est que 'S&P' ait clôturé en hausse de +0,11% en confirmant le débordement des 1.400Pts; inscrivant une 8ème séance consécutive et un superbe 5/5 à la hausse cette semaine pour un score global de +2,43% (grâce aux valeurs financières qui ont engrangé +5,9% en moyenne... et la vedette du jour fut Bank of America avec +6% à 9,8$. Le 'S&P' vient ainsi de matérialiser sa plus longue séquence haussière -sans repli hebdomadaire supérieur à 0,6%- depuis l'été... 1944.

Le Nasdaq s'est effrité de -0,04%, après avoir testé 3.061Pts au plus haut à la mi-séance: ceci pourrait conclure en beauté le cycle 'bullish' ayant démarré au lendemain même de la précédente journée des '4 sorcières', le 20 décembre 2011 (le Nasdaq vient d'aligner 5 semaines de hausse consécutive).

Le Dow Jones engrange +2,5% mais cale sous ses sommets de jeudi: l'indice historique clôture en repli de -0,15% et les opérateurs qui l'avaient propulsé la veille de 13.200 vers 13.250Pts au cours des 5 dérnières minutes n'ont pas levé le petit doigt pour lui permettre de clôturer symboliquement une 8ème fois d'affilée dans le vert.

Les 'jeux sont-ils faits' ?

Bien que cela n'ait pas grand chose à voir en cette journée des '4 sorcières' très technique, les chiffres US du jour ne furent guère enthousiasmants: la production industrielle des États-Unis a stagné le mois dernier (contre une hausse de 0,4% à +0,6% attendue). Dans le détail en février, la production du seul secteur manufacturier a augmenté de 0,3%, tandis que celle du secteur minier a chuté et celle des 'utilities' est restée stable.

Confirmant un ralentissement conjoncturel, le taux d'utilisation des capacités de production a diminué de 0,1 point à 78,7%.

Les prix à la consommation se sont appréciés de +0,4% dans le sillage du prix des carburants (qui ont également contribué à soutenir les ventes de détail par un effet purement mécanique). La confiance des consommateurs du Michigan pour mars -publiée à 14h55- ressort en repli pour la 1ère fois depuis août 2011 (à 74,3 contre 75,3 en estimation préliminaire): cette baisse de moral serait dû en quasi totalité au renchérissement du prix des carburants.

Malgré des chiffres conjoncturels plus limités, le baril de pétrole a repris 2$ pour en terminer au-dessus des 107,2. Cette hausse est en grande partie technique et résulte des signes de faiblesse qui affectent le billet vert: il rechute de 1,3080/E ce matin jusque sous les 1,318/E.

Comme les scores finaux des indices US le suggèrent, les écarts observés sur les valeurs les plus actives ont été peu spectaculaires.

Parmi les stars du Nasdaq-100, RIM bondit de +6,9%, Electronic Arts de +4,5%, Expeditors a pris +2,8%, e-Bay +2,3%, Joy Global et Yahoo +2,1%... et Apple a fini parfaitement stable à 585$ malgré le lancement très médiatisé de l'i-Pad3.

Au sein du 'S&P', Ford a chuté de -3%, Rangold de -2,4%, JC penney de -2%, United Techno -1,6%, Oracle et Sears de -1,1%.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI