Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Wall street : 7ème baisse d'affilée mais limite bien la casse

Wall street : 7ème baisse d'affilée mais limite bien la casse

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street finit dans le rouge (-0,4%), avec 80% de valeurs en repli au sein du 'S&P-500', le Dow Jones aligne une 7ème séance de repli consécutif après avoir testé le palier des 12.000Pts... tout ceci peut apparaître très négatif à première vue mais les opérateurs sont presque soulagés car cela aurait pu être pire, et même bien pire !

Les indices US chutaient en effet de -1,2% (en moyenne) à la mi-séance: le Nasdaq plongeait de -1,5% vers 2.716Pts et le 'S&P' dévissait de -1,3%, soit une baisse d'ampleur symétrique à la hausse initiale.

Un tel cas de figure ne s'est produit qu'à 10 reprises en 30 ans: une telle mésaventure ne survient qu'une fois toute les 750 séances (tous les 3 ans)... soit une probabilité d'occurence de l'ordre de 0,15% qui n'est donc pas 'prévisible' partant d'une approche statistique du risque sur les marchés.

Wall Street s'en tire d'autant mieux que les places européennes -pourtant pas les premières concernées par le vote du Congrès- ont littéralement dévissé: Paris clôturait au plus bas du jour (-2,27%), de même que l'Euro-Stoxx50 (-2,8% avec à la clé un nouveau plancher annuel de 2.593Pts) qui inscrivait sa pire clôture depuis le 25 août 2010 (à 2.587Pts).

Il suffit, pour mesurer la 'bonne opération' réalisée par le Dow Jones (-0,09%) de comparer ce repli à celui de Milan (-3,9%) et de Madrid (-3,2%).

Les indices européens ont littéralement décrochés après la publication de l'ISM manufacturier aux Etats Unis: la chute inattendue de 55,3 vers 50,9 (au lieu des 54 estimés) a fait office de 'coup de massue' tout comme le chiffre du PIB vendredi. Mais les marchés US s'étaient rétablis assez rapidement après la divulgation d'une croissance en berne au début du 1er semestre 2011... et inférieure de moitié à ce qui était prévu au second (+1,3% contre +2,6% attendu).

Le week-end a accouché -comme beaucoup le prévoyaient- d'un accord bancal qui ne satisfait personne, mais qui évite le défaut de paiement -synonyme de dégradation immédiate de la dette américain (de cela, personne ne doutait). Les agences de notation vont donc devoir prendre le temps d'étudier en détail l'impact des mesures contenues dans le compromis approuvé par le Congrès (il devrait être voté ce soir).

Il s'agit d'une pilule amère pour la Maison Blanche: les classes les plus favorisées échappent à tout hausse de la fiscalité, les plus pauvres risquent de voir leurs prestations sociales réduites ultérieurement par des coupes automatiques. C'est une victoire idéologique -et technique- pour les Républicains... une de ces victoires qui (leur ?) coûtera cher, même si elle les sert à court terme dans les sondages (Barck Obama voit sa cote de confiance atteindre un plancher depuis janvier 2009).

La question des déficits n'est pas réglée par un projet de réduction de 250Mds$ par an sur 10 ans (le plafond de la dette va être relevé à 16.400Mds$, en 3 tranches des 700Mds$), ce qui ne représente qu'une goutte d'eau dans l'océan des dépenses non couvertes.

Dans le même temps, de nombreux commentateurs affirment que ce plan tombe au plus mal car les chiffres du PIB publiés vendredi démontrent que la croissance américaine est en panne depuis le début de l'année: ce n'est pas le bon moment pour réduire le soutien de l'Etat fédéral à l'économie.

Sur le front des devises, la journée fut également agitée puisque l'euro -demeuré stable jusque vers 16H face au Dollar- a subitement décroché vers 16H (-1,50%) pour revenir vers 1,42$ (débouclement massif de positions en 'carry-trade').

Les hausses étaient rares au sein du 'big board' lundi soir mais Caterpillar a pris +2%, Verizon +1,7%, Chevron +1,6%, Bank of America s'adjuge +1%. Au sein du Nasdaq, les acheteurs ont privilégié Nvidia +5,43%, Apple +1,6%, Baidu +1,2%, EBay +0,8%, Google +0,5%.

Les dégagements ont été de loin les plus nombreux, parmi les principaux écarts, on notait Teva -6,2% (les 'pharma' ont dévissé pour cause de craintes sur Medicare), Flextronics -2,8%, illumina -2,5%, Fstenal -2,2%, Gilead -2%, Oracle -1,5%.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...