Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Vers des prêts du fesf allongés et à taux plus bas

Marché : Vers des prêts du fesf allongés et à taux plus bas

tradingsat

BRUXELLES (Reuters) - Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) fournira à la Grèce, à l'Irlande et au Portugal des prêts à taux plus bas et pour des durées au moins doublées, selon les conclusions provisoires du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro qui se tient jeudi à Bruxelles.

D'après le document que Reuters a pu consulter, la maturité des prêts sera allongée, passant de 7,5 ans à au moins quinze ans, tandis que les taux d'intérêt seront abaissés à environ 3,5%, contre autour de 4,5% à l'heure actuelle dans le cas de la Grèce et du Portugal.

"Nous allons fournir les prêts du FESF à des taux d'intérêt équivalents à ceux de la facilité d'aide à la balance des paiements (actuellement à 3,5% approximativement) sans tomber en dessous du coût de financement du FESF", peut-on lire dans le projet.

"Cela s'accompagnera d'un mécanisme qui garantira des incitations appropriées à la mise en oeuvre du programme, notamment si besoin par le biais d'arrangements collatéraux ", ajoute le document, répondant ainsi aux demandes de la Finlande sur les garanties à apporter pour les nouveaux crédits.

Le FESF sera également autorisé à fournir préventivement des lignes de crédit à tout pays de la zone euro, y compris ceux ne faisant pas l'objet d'un programme d'aide de l'Union européenne ou du Fonds monétaire international (FMI).

Le document ajoute que les discussions avec le secteur privé sur sa participation au deuxième plan de sauvetage de la Grèce se poursuivent et que toutes les options envisagées restent à l'étude.

"Le secteur financier a montré sa volonté de soutenir la Grèce sur une base volontaire au travers d'une liste d'options (échange de dettes, rollover et rachat) à des conditions d'emprunt comparables au soutien public avec la garantie crédit supérieure associée", peut-on lire dans le projet.

Le FESF a été créé en juin 2010 pour assurer la solidité de la monnaie unique en accordant aux Etats en difficulté des prêts garantis par les pays membres de la zone euro.

Luke Baker, Gilles Guillaume pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI