Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Un dollar fort est dans l'intérêt de tous, dit trichet

Marché : Un dollar fort est dans l'intérêt de tous, dit trichet

Un dollar fort est dans l'intérêt de tous, dit trichetUn dollar fort est dans l'intérêt de tous, dit trichet

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Un dollar fort est dans l'intérêt de tous, a déclaré jeudi le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, alors que l'euro était à son plus haut niveau depuis 16 mois face au dollar.

Il a ajouté sur BFM qu'il faisait confiance aux Etats-Unis pour redresser leurs finances publiques et souligné que les variations de changes actuelles concernaient plutôt le dollar que l'euro.

Interrogé sur l'inflation en zone euro, après le relèvement par la BCE de ses taux, il a dit qu'il n'observait pas pour l'instant d'effet significatif de second tour, c'est-à-dire de dynamique susceptible d'aggraver les pressions inflationnistes.

Les autorités américaines disent qu'un dollar fort vis-à-vis des autres grandes devises convertibles est dans l'intérêt des Etats-Unis, a souligné Jean-Claude Trichet.

"Je crois que c'est dans l'intérêt de l'ensemble de la communauté internationale et j'approuve ces propos", a-t-il dit.

La force de l'euro face au dollar, "c'est plutôt un phénomène dollar qu'un phénomène euro que nous observons en ce moment", a expliqué Jean-Claude Trichet.

L'indice du dollar, qui mesure la force de la monnaie américaine face aux grandes devises, restait jeudi à un niveau particulièrement faible.

"J'ai confiance dans les Etats-Unis pour redresser (leur) situation budgétaire", a déclaré Jean-Claude Trichet, saluant l'engagement en ce sens des autorités américaines.

POURSUIVRE LE REDRESSEMENT EN GRÈCE

L'agence de notation Standard & Poor's a provoqué un coup de tonnerre sur les marchés lundi en abaissant de stable à négative sa perspective de crédit sur les Etats-Unis.

L'économiste en chef du Fonds monétaire international, Olivier Blanchard, a estimé quant à lui dans un entretien publié mercredi que les Etats-Unis manquaient d'un plan crédible à moyen terme pour réduire leur déficit.

Pour Jean-Claude Trichet, "je crois qu'on peut dire qu'au niveau mondial, aussi bien qu'au niveau de chacun des grands continents économiques (...) on est en présence en ce moment d'une reprise qui se consolide et qui apparaît se soutenir elle-même".

Il a répété que la BCE n'avait pas dit qu'elle avait décidé de relever plusieurs fois ses taux mais qu'elle prendrait toutes les décisions nécessaires pour garantir la stabilité des prix.

La Grèce, dont une large majorité d'économistes interrogés par Reuters pensent qu'elle devra restructurer sa dette, doit appliquer de près le plan d'ajustement en cours, a-t-il dit.

"Nous appliquons ce plan et je n'ai pas d'autre commentaire que: le plan doit être poursuivi", a-t-il déclaré.

"Le plan est suivi de très très près tous les trimestres", a poursuivi Jean-Claude Trichet. "Le plan existe, on l'applique."

Selon une enquête Reuters, 46 des 55 économistes interrogés jugent que la Grèce sera contrainte de procéder à une restructuration, après avoir bénéficié d'une aide internationale de 110 milliards d'euros.

Edition Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...