Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Un défaut grec plomberait le portugal et l'irlande, dit moody's

Marché : Un défaut grec plomberait le portugal et l'irlande, dit moody's

tradingsat

ATHENES (Reuters) - Le Portugal et l'Irlande seraient menacés d'un abaissement de plusieurs crans de leur note souveraine en cas de défaut de la Grèce, les plongeant en catégorie spéculative, a déclaré à Reuters le responsable crédit de Moody's pour la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique.

"Un défaut grec serait fortement déstabilisant et aurait des implications pour la solvabilité des émetteurs à travers l'Europe", a déclaré Alastair Wilson lors d'un entretien téléphonique.

"Cela déboucherait sur une situation encore plus polarisée en termes de solvabilité et de notes sur les (emprunts) souverains dans la zone euro, les pays les plus solides conservant des notes très élevées et les pays les plus fragiles luttant pour rester dans la catégorie investissement."

Alastair Wilson a souligné que l'attention des marchés se tournerait alors vers Lisbonne et Dublin, qui ont également demandé l'aide de l'Union européenne (UE) et du Fonds monétaire international (FMI).

Interrogé pour savoir si le Portugal et l'Irlande couraient le risque de tomber en catégorie spéculative en cas de défaut de la Grèce, le cadre de l'agence de notation a déclaré: "Potentiellement, oui (...) S'il devait y avoir un défaut grec, il pourrait potentiellement y avoir un déclassement de plusieurs crans des (émetteurs) souverains les plus fragiles".

Il a ajouté que l'Espagne, l'Italie et la Belgique ne seraient pas dans le même cas que le Portugal et l'Irlande, mais auraient à faire face à une pression significative de la part des marchés.

Alastair Wilson a toutefois refusé d'estimer la probabilité d'un défaut sur la dette grecque.

Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a déclaré mardi qu'une restructuration de la dette publique de la Grèce serait le "scénario de l'horreur" et qu'il était très probable qu'un allongement des maturités de ses emprunts soit jugé équivalent à un défaut.

Ingrid Melander, Jean Décotte pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI