Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Un banquier démissionne, accuse goldman de mépriser ses clients

Marché : Un banquier démissionne, accuse goldman de mépriser ses clients

Un banquier démissionne, accuse goldman de mépriser ses clientsUn banquier démissionne, accuse goldman de mépriser ses clients

LONDRES (Reuters) - Un banquier de Goldman Sachs a lancé mercredi une violente charge contre la banque américaine, en publiant dans la presse sa lettre de démission qui critique la manière dont les responsables du groupe considèrent la clientèle.

Dans une tribune publiée dans le New York Times, Greg Smith, qui travaillait dans la branche des produits dérivés d'actions de la prestigieuse banque d'affaires, explique que Goldman Sachs est devenue une entreprise "toxique et destructrice" où les dirigeants qualifient ouvertement leurs propres clients d'"andouilles".

"Cela me rend malade de voir la manière dont les gens parlent d'arnaquer leurs clients. Au cours des 12 derniers mois, j'ai entendu cinq responsables différents qualifier leurs clients d'andouilles ('muppets')", écrit le banquier, qui accuse le groupe de se focaliser davantage sur ses bénéfices que sur les besoins de ses clients.

"Pour résumer simplement le problème, les intérêts du client continuent d'être laissés à la marge dans la manière dont le groupe fonctionne et pense à gagner de l'argent", poursuit Greg Smith, qui dit avoir travaillé 12 ans pour Goldman.

En Bourse, l'action Goldman Sachs recule de 3,3% à 120,43 dollars, dans un marché stable.

Cette tribune vient écorner un peu plus l'image de la banque d'investissement de Wall Street, qui a récemment été comparée par le magazine Rolling Stones à une "grande pieuvre vampire enserrant le visage de l'humanité".

En réaction, Goldman Sachs a publié un court communiqué: "Nous sommes en désaccord avec les opinions exprimées, dont nous pensons qu'elles ne reflètent pas la manière dont nous travaillons. A nos yeux, nous aurons du succès uniquement si nos clients en ont."

Le PDG Lloyd Blankfein et le directeur général-délégué Gary Cohn ont contre-attaqué dans une note interne transmise aux employés du groupe, dont Reuters s'est procuré une copie.

"Nous sommes déçus des allégations faites par cet individu, qui ne reflètent pas nos valeurs, notre culture et la manière dont la grande majorité des gens chez Goldman Sachs considèrent la société et le travail qu'elle accomplit au nom de nos clients", écrivent-ils.

"Dans une entreprise de notre taille, il n'est pas choquant que certains puissent se sentir mécontents."

Depuis la crise financière de 2008-2009, la banque de Wall Street a été ébranlée par plusieurs affaires, notamment lorsque le régulateur boursier américain, la Securities and Exchange Commission, l'a accusée de n'avoir pas suffisamment informé ses clients au sujet de produits d'investissement immobilier complexes.

Au début du mois, Goldman Sachs a été mise en cause pour un possible conflit d'intérêt dans le rachat d'El Paso par Kinder Morgan. L'établissement conseillait El Paso tout en étant un important actionnaire de Kinder Morgan.

Douwe Miedema et Katya Wachtel, Jean Décotte pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI