Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Trichet presse les gouvernements de "faire leur travail"

Marché : Trichet presse les gouvernements de "faire leur travail"

Trichet presse les gouvernements de Trichet presse les gouvernements de

PARIS (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a appelé mardi l'ensemble des gouvernements de la zone euro à réduire leurs déficits budgétaires et a souhaité une mise en oeuvre aussi rapide que possible du plan européen annoncé le mois dernier.

Face à la chute des marchés financiers internationaux, la BCE a infléchi sa politique ce week-end en relançant son plan d'achats d'obligations d'Etat sur les marchés, un geste qui devrait profiter principalement à l'Italie et à l'Espagne.

Ces achats ont débuté dès lundi selon des traders, pour un montant estimé à deux milliards d'euros, mais Jean-Claude Trichet a refusé de confirmer le moindre chiffre.

Il a en revanche exclu que la BCE achète des titres d'Etat lors de leur émission, sur le marché primaire.

"Ce n'est pas ce que nous devons faire et pas ce que nous pouvons faire", a-t-il dit sur Europe 1. "Nous sommes sur le marché secondaire et je ne dis pas, d'ailleurs, ce que nous achetons. Nous donnons le lundi suivant le montant de ce que nous avons fait."

Selon une enquête de Reuters auprès de gérants de fonds, la BCE devrait racheter pour au moins 100 milliards d'euros de titres espagnols et italiens pour renforcer la zone euro.

RESPONSABILITÉS

Mais au-delà des cas italien et espagnol, Jean-Claude Trichet a mis l'accent sur la nécessité d'une poursuite des politiques de réduction des déficits et de maîtrise des dettes publiques.

"Ce que nous attendons, c'est que les gouvernements fassent ce que nous considérons être leur travail, à la hauteur de leurs responsabilités", a-t-il dit.

"Nous avons demandé de manière extrêmement claire pendant les derniers jours au gouvernement italien de prendre un certain nombre de décisions, qui ont été prises, et d'accélérer le retour à une situation budgétaire normale. Nous avons demandé la même chose au gouvernement espagnol, nous avons demandé à l'ensemble des gouvernements européens, les 17, d'accélérer les décisions très importantes qu'ils ont prises le 21 juillet", a-t-il ajouté.

"Nous leur avons demandé de nous confirmer qu'il y avait bien en effet un fonds de stabilisation financière qui pourra lui-même intervenir sur les marchés secondaires, le plus rapidement possible."

Le plan adopté le 21 juillet par les 17 pays de la zone euro prévoit entre autres un nouveau plan d'aide financière pour la Grèce et une augmentation des capacités du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Mais il doit, avant d'entrer en vigueur, être adopté par chacun des parlements nationaux concernés.

"Ce que nous demandons, c'est que l'ensemble des décisions qui ont été prises le 21 juillet soient mises en oeuvre le plus rapidement possible", a souligné Jean-Claude Trichet. "C'est notre message central."

Ces décisions, a-t-il rappelé, incluent aussi la réduction des déficits des Etats et le respect par ces mêmes Etats de leur signature.

Thierry Lévêque et Marc Angrand, édité par Patrick Vignal

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...