Bourse > Actualités > Points de marché > Tokyo : Toyota, honda et nissan ferment leurs usines au japon

Tokyo : Toyota, honda et nissan ferment leurs usines au japon

tradingsat

TOKYO (Reuters) - Les constructeurs automobiles Toyota et Honda ont annoncé la suspension de leur production au Japon pendant au mois quelques jours à la suite du séisme et du tsunami qui ont durement frappé le nord-est du pays vendredi.

Les titres des groupes ont dévissé à la Bourse de Tokyo, chutant de respectivement 7,93% et 6,5%, faisant encore moins bien que l'indice Nikkei 225 qui a plongé de 6,18%. Les autres constructeurs ont également fortement reculé, à l'image de Nissan, qui a perdu 9,52%.

Le secteur automobile européen accuse l'une des plus fortes baisses vers la mi-journée en Europe (-1,18%), notamment sous le coup du recul de plus de 4% de Renault, qui détient 44% de Nissan.

Toyota, premier constructeur automobile japonais, a annoncé lundi son intention de suspendre l'ensemble de sa production au Japon au moins jusqu'au 16 mars.

Le groupe a précisé que cette suspension entraînerait une diminution de la production de 40.000 véhicules. Toyota fabrique 38% de ses voitures au Japon.

Nissan Motor a ensuite annoncé qu'il projetait d'arrêter la production dans ses usines japonaises de Tochigi et d'Iwaki au moins jusqu'au vendredi 18 mars.

La première se trouve à une centaine de kilomètres au nord de Tokyo et la seconde est située dans le nord du pays.

Le groupe japonais a précisé que l'activité serait suspendue jusqu'au mercredi 16 mars dans ses usines d'Oppama, de Kyushu et de Yokohama, ainsi que sur le site de Nissan Shatai.

De son côté, Honda a dit qu'il arrêterait l'ensemble de sa production japonaise au moins jusqu'au 20 mars.

Lundi seul le site de fabrication de motos Honda située sur l'île de Kyushu, dans le sud du pays, était encore ouverte. Mais celui-ci sera également fermée à partir du mardi.

Au mois de janvier, la production de Honda au Japon était de 69.170 véhicules.

Risa Maeda, Mariko Katsumura, Kentaro Sugiyama, Marine Pennetier, Myriam Rivet et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Matthieu Protard

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI