Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Tokyo : Tokyo finit en ordre dispersé, le nikkei gagne 0,19%

Tokyo : Tokyo finit en ordre dispersé, le nikkei gagne 0,19%

Tokyo : tokyo finit en ordre dispersé, le nikkei gagne 0,19%Tokyo : tokyo finit en ordre dispersé, le nikkei gagne 0,19%

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en ordre dispersé, les rachats de positions à découvert étant contrebalancés par les inquiétudes géopolitiques persistantes et le niveau élevé des cours du pétrole.

L'indice Nikkei a gagné 0,19%, soit 20,17 points, à 10.525,19 mais le Topix, plus large, a cédé 2,47 points (-0,26%) à 939,16.

La séance de mardi a été marquée par deux opérations majeures.

Hitachi a vendu ses activités dans les disques durs à Western Digital et gagné 1,78% à 514 yens. Le fabricant d'équipement médical Terumo a de son côté annoncé le rachat du groupe américain CaridianBCT pour environ 2,6 milliards de dollars, et gagné 3,23% à 4.640 yens.

Les marchés japonais se sont pourtant jusqu'à présent montrés plutôt résistants à la flambée du pétrole liée aux violences au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Le Nikkei a ainsi pris 1,6% la semaine dernière, les investisseurs choisissant de réajuster la part de risque dans leurs portefeuilles plutôt que de quitter purement et simplement les marchés d'actions.

"Si le pétrole reste dans la fourchette entre 100 et 120 dollars pour environ six mois, l'économie mondiale risque de fortement ralentir, ce qui pousserait les investisseurs à quitter les marchés d'actions. Donc tout dépend à présent du Moyen-Orient", a commenté Koichi Ogawa, gestionnaire d'actifs chez Daiwa SB Investments.

"Les valeurs exportatrices, comme les constructeurs automobiles, sont sous pression à cause des cours du pétrole. Il est de plus délicat d'investir dans des valeurs liées à la demande intérieure, le manque de confiance actuel dans le gouvernement pénalisant la consommation."

Le gouvernement japonais a subi dimanche la démission de son ministre des Affaires étrangères, emporté par un scandale de financement politique, tandis que le Premier ministre Naoto Kan fait l'objet d'appels de son propre camp à démissionner ou organiser des législatives anticipées.

Antoni Slodkowski et Ayai Tomisawa, Gregory Schwartz pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...