Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Tendances estivales sur le marché des changes

Marché : Tendances estivales sur le marché des changes

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les tendances restaient faibles sur le marché des changes ce midi. Vers 13 heures 10, l'euro grappillait 0,15% contre le dollar US à 1,23000, non loin de son point haut de séance (1,2324).

Rien à signaler en revanche contre le yen (- 0,06% à 96,66), le sterling (- 0,02% à 0,7844), ni le franc suisse (0% à 1,2010).

Un cambiste nord-européen souligne la bonne orientation des marchés d'actions ces derniers jours. Bien que le tableau soit plus mitigé du côté des matières premières, les 'devises-matières premières' des grands pays producteurs, comme l'Australie et son dollar, sont elles aussi orientées à la hausse.

Hier, le rapport conjoncturel de la Fed, le 'Beige Book', a confirmé les propos tenus par son président Ben Bernanke devant les deux chambres du Congrès américain, à savoir le ralentissement de l'économie. 'Désormais, la Fed qualifie la croissance économique US de 'modeste à modérée', alors que dans son édition précédente elle utilisait le terme 'modérée'', souligne un cambiste nord-européen.

'De fait, M. Bernanke a milité pour une intervention du Fed pour soutenir la croissance américaine', en déduisent les analystes d'Aurel BGC. Les spéculations sur le lancement d'un troisième train de mesures d'assouplissement quantitatif, le QE 3 (grosso modo des rachats d'actifs obligataires par la Fed sur les marchés pour en faire baisser les taux), s'en trouvent relancées.

Cette opinion n'est pas partagée par tous les intervenants.

D'abord,le président de la Fed “a déclaré aux sénateurs présents que la Fed était prête à agir pour stimuler l'économie si le marché du travail ne s'améliorait pas”, soit une stricte répétition des déclarations antérieures, indique un courtier.

Ensuite, rappelons que la Fed a déjà prolongé son “'opération twist” jusqu'à la fin de l'année. Il s'agit dans ce cas de faire “tourner” le portefeuille actuel d'actifs obligataires de la Fed en arbitrant les papiers à plus court terme pour ceux à plus long terme, afin de détendre les taux de ces derniers. Dans ce cas et à la différence d'un QE, il n'est pas procédé à de nouveaux achats d'actifs qui alourdiraient le bilan de la Fed, mais juste à une réallocation à portefeuille constant.

Ajoutons que Ben Bernanke a aussi déclaré, devant les deux assemblées, que “deux risques majeurs” surplombaient actuellement les Etats-Unis : d'abord la crise 'fiscale et bancaire' européenne, et ensuite 'la situation fiscale des Etats-Unis'. Dans ce dernier cas, il s'agit d'une référence à la “fiscal cliff” (“falaise fiscale”) : l'année prochaine (début 2013), le budget fédéral américain devra faire face à l'expiration des allègements de charges et d'impôts qui, tout en soutenant la croissance ces dernières années, ont aussi creusé les déficits publics.

'Le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, a répété au cours de son deuxième jour d'audition devant le Congrès que la situation budgétaire du pays était 'non viable'”, rappelle Djillali Hacid, analyste chez RTFX.

Enfin, la campagne présidentielle va maintenant s'intensifier outre-Atlantique, une période habituellement peu propice aux interventions significatives de la banque centrale.

L'actualité européenne incite elle aussi à la retenue. Comme l'indique Saxo Banque, “les investisseurs seront attentistes aujourd'hui au vote des allemands concernant la validation de l'aide aux banques espagnoles de 100 milliards d'euros au travers du FESF et du MES.”

Les grands argentiers européens de l'Eurogroupe doivent se réunir demain midi pour (notamment) évoquer les modalités pratiques de la recapitalisation du secteur bancaire espagnol.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...