Bourse > Actualités > Points de marché > Téléphonie : Free et Bouygues Telecom sanctionnés par la justice pour dénigrement

Téléphonie : Free et Bouygues Telecom sanctionnés par la justice pour dénigrement

Xavier Niel en 2011 au salon des entrepreneursXavier Niel en 2011 au salon des entrepreneurs

(Tradingsat.com) - La guerre des prix dans la téléphonie mobile qui fait rage en France depuis l'arrivée de Free il y a un peu plus d'un an tourne au règlement de compte devant la justice.

Suite à une plainte de Bouygues Telecom pour "dénigrement", Free a été condamné par le tribunal de commerce de Paris à payer 25 millions d’euros de dommages et intérêt, révèle vendredi Le Figaro.

Une sanction que le plaignant jugera sans doute un peu maigre comparé aux 99 millions d'euros qu'il réclamait à son concurrent.

Xavier Niel, le patron du groupe Iliad, avait fait grand bruit en janvier 2012 lors du lancement de Free Mobile, digne d'un vrai show à l'américaine.

Au cours de cette conférence, le dirigeant n'avait pas hésité à enfoncer ses concurrents avec notamment la diffusion d'un film parodique. Il avait également utilisé des termes tels que "pigeons" ou "vaches à lait" pour qualifier les clients des trois opérateurs historiques.

Free a également l’interdiction de dire que les consommateurs ont été des pigeons sous astreinte de 100 000 euros par infraction constatée, précise au passage le quotidien économique.

Bouygues Telecom devra verser pour sa part 5 millions d'euros pour les mêmes motifs que son concurrent.

Free s'attaque à un universitaire

La semaine dernière, Xavier Niel s'en était pris à un professeur d'université qui prétend que l'arrivée du quatrième opérateur mobile va entraîner la destruction de milliers d'emplois, relançant une polémique vieille de plusieurs mois chère à Orange et SFR.

D'après le Nouvel Observateur, "Xavier Niel n'a pas digéré l'article de Bruno Deffains intitulé + Free : quand l'idéologie de la concurrence dessert l'économie +, publié dans Les Echos du 11 juin', dans lequel il résumait les conclusions de son étude sur l'impact de l'arrivée du nouvel opérateur dans la téléphonie mobile, en janvier 2012.

Selon cette étude, "la baisse totale du chiffre d'affaires dans le secteur des télécoms mobiles (opérateurs, équipementiers, etc.) provoquée par le lancement de Free Mobile - qu'il estime à 6,5 milliards d'euros - va y provoquer la destruction nette de 55 000 emplois dans les deux années suivantes".

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI