Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Taxes relevées au portugal, retour sur le marché de la dette

Marché : Taxes relevées au portugal, retour sur le marché de la dette

Taxes relevées au portugal, retour sur le marché de la detteTaxes relevées au portugal, retour sur le marché de la dette

par Sergio Goncalves et Daniel Alvarenga

LISBONNE (Reuters) - Le Portugal a annoncé mercredi d'importantes hausses d'impôts censées lui permettre d'atteindre les objectifs budgétaires fixés par le plan d'aide international qui le maintient à flot et de surmonter les conséquences d'une diminution de ses rentrées fiscales.

Plus tôt dans la journée, le pays a fait un retour remarqué sur le marché de la dette, une première depuis qu'il a reçu un plan d'aide de 78 milliards d'euros: le Trésor est parvenu à échanger de la dette arrivant à échéance en 2013 contre des tirant expirant en 2015.

L'opération réduira les remboursements auxquels le pays devra faire face l'année prochaine et lui offrira ainsi plus de temps pour maîtriser son endettement alors qu'il traverse une récession sans précédent depuis les années 1970.

La hausse de la pression fiscale annoncée mercredi n'est pas dénuée de risque car elle pourrait saper plus encore la confiance des ménages portugais tout en alimentant la grogne sociale.

"Nous sommes à un moment crucial", a déclaré le ministre des Finances, Vitor Gaspar, avant de détailler les hausses d'impôts venues remplacer un arsenal de mesures impopulaires, notamment une importante augmentation des cotisations salariales, finalement abandonnée.

"Il est fondamental que nous restions sur le chemin actuel afin de surmonter nos difficultés", a dit le ministre.

Les relèvements concerneront les impôts sur le revenu, la taxe foncière ainsi qu'une nouvelle taxe sur les transactions financières.

Selon le gouvernement, elles devraient représenter l'équivalent de 3% du produit intérieur brut portugais.

S'INSPIRER DE L'IRLANDE

"Ce sont des mesures dures, probablement plus dures pour le secteur public que le secteur privé, et les manifestations se poursuivront sans doute, mais je ne pense pas que cette fois, le gouvernement fera marche arrière", a commenté Antonio Costa Pinto, analyste politique rattaché à l'Université de Lisbonne.

La principale centrale syndicale du pays, la CGTP, a lancé en fin de journée un appel à la grève générale le 14 novembre pour protester contre l'austérité.

Vitor Gaspar a redit s'attendre à une contraction de 3% de l'économie portugaise cette année et à un repli de 1% en 2013.

Les efforts déployés par le Portugal pour respecter les engagement pris auprès de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international et marcher dans les pas de l'Irlande, dont le début de redressement est présenté comme un modèle, ont favorisé le succès de son retour sur le marché de la dette.

L'agence portugaise de la dette a vendu 3,76 milliards d'euros de titres expirant en octobre 2015 pour les échanger contre des obligations arrivant à échéance en septembre 2013.

"Le montant de l'échange est très correct et je suppose que cela reflète d'une certaine façon le fait que des investisseurs ont confiance dans les perspectives du Portugal et de la zone euro", a commenté Orlando Green, stratège dette de Crédit Agricole à Londres.

Pour le directeur de l'agence portugaise de la dette, Joao Moreira Rato, l'échange "marque une première étape dans le retour du Portugal sur les marchés de la dette à moyen et long terme".

Lors de l'octroi à Lisbonne du plan d'aide international de 78 milliards d'euros, il n'était pas prévu que le pays puisse revenir sur les marchés du financement avant le second semestre 2013.

"Cette opération est positive car elle réduit de 9,6 milliards d'euros les échéances de 2013", a souligné Ricardo Marques, analyste dette chez Informacao Mercados Financeiros.

Axel Bugge et Andrei Khalip, Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...