Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Spectaculaire redressement à wall street

Marché : Spectaculaire redressement à wall street

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après un petit accès de déprime entre 16H et 16H30 (heure française), un véritable vent d'euphorie a soufflé sur Wall Street à la mi-séance et durant une bonne partie de l'après-midi.

Les indices US ont bénéficié d'un spectaculaire redressement alors que Sandra Pianalto (une collègue de Ben Bernanke) se montre beaucoup moins timorée que le patron de la FED en faisant explicitement référence à un 'QE-3' en cas d'affaiblissement durable de l'économie américaine.

Le Dow Jones est repassé ainsi en l'espace de 3 heures de -0,6% à +0,8% puis 0,6% en clôture (il clôture au-dessus du seuil des 12.800Pts), le 'S&P' s'adjuge +0,75% et le Nasdaq se contente de +0,45%.

Les opérateurs avaient fait le pari que ce mardi serait une fête: ils ont été déçus par Ben Bernanke, ils se rattrapent de belle façon avec Sandra Pianalto alors que le patron de la FED ne confirme pas les anticipations d'une action imminente en forme de recours à la planche à billet comme l'espèraient les marchés.

Les avis sont très partagés à Wall Street entre ceux qui estiment que l'économie ne va pas si mal (les actions US progressent en moyenne de +10% depuis le 1er janvier, c'est loin de réfléter une dégradation alarmante de la conjoncture économique) et ceux qui pensent que Ben Bernanke est très inquiet de la situation en Europe (un 'QE' 3, 4 ou 5 n'y changerait rien... mais peu importe) et qu'un affaiblissement du Dollar ne peut que faire du bien aux entreprises US.

Ceux qui croient au 'QE-3' semblent surs de leur fait... et convaincus que la FED ne va pas faire trainer les choses: c'est pour la prochaine réunion -ou la suivante- au plus tard, même si la FED pose comme préalable un ralentissement 'durable' de l'économie !

Que les indices US soient revenus au contact de leur zénith de l'été 2010 (quand tout allait bien) ou à 4% de leurs records de mars 2011 ne leur semble pas devoir être pris en considération: Wall Street ordonne, Ben Bernanke exécute.

Conclusion, pour être certain qu'il ne change pas d'avis (puisqu'ils postulent que sa décision est déjà prise), pourvu que les prochains chiffres économiques soient détestables et les trimestriels décevants: tout ce qui concoure à assombrir le paysage conjoncturel éclaire un avenir de création monétaire.

Les chiffres du jour étaient hélas plutôt bons, avec un sursaut de 0,4% de la production industrielle et une nette progression de l'indice NAHB, le baromètre de la confiance des constructeurs de maisons individuelles.

L'évènement le plus attendu du jour (après Ben Bernanke), c'était la publication des trimestriels d'Intel juste après la clôture: ils sont strictement conformes aux attentes avec 0,54$ de profit/titre contre 0,52$ anticipé. Le chiffre d'affaire ressort également en ligne avec les attentes à 13,5Mds$ mais Intel revoit à la baisse la fourchette annuelle de ses ventes. Le titre qui gagnait 1% à la clôture a été assez chahuté, passant de -2,6% vers 22H10 à +1,5% vers 22H20 avant de revenir stable vers 22H30.

La hausse du 'S&P' a été dopé une fois de plus par le compartiment des parapétrolières (+1,5% en moyenne pour 0,8% de hausse du baril à 89$ sur le NYMEX), puis quelques bancaires (Bank of America a pris 1,4%, Citigroup +2,1%).

Broadcom -3,9%, Micron -3,8%, First Solar -3,5%, Baidu -2,2%, Xilinx -1,5%, RIM -1,2%... et Yahoo s'est effrité de -0,45% avant de rebondir de +1,5% en 'after hour' grâce à un bénéfice de 0,27$ par titre contre 0,23$ attendu.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI