Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : S&p abaisse de deux crans la note de la dette espagnole

Marché : S&p abaisse de deux crans la note de la dette espagnole

S&p abaisse de deux crans la note de la dette espagnoleS&p abaisse de deux crans la note de la dette espagnole

par Daniel Bases

NEW YORK/MADRID (Reuters) - Standard & Poor's a abaissé jeudi la note de la dette souveraine espagnole à "BBB+" contre "A", avec perspective négative, évoquant des risques de dérapages budgétaires qui risquent d'être plus importants que prévu.

L'agence de notation juge probable que Madrid doive apporter une aide à son secteur bancaire qui continue de payer le prix de l'éclatement de la bulle immobilière.

Les difficultés du secteur bancaire espagnol ont trouvé une nouvelle illustration jeudi avec la publication des résultats de Santander.

L'établissement de crédit, première banque de la zone euro, a annoncé une baisse de près d'un quart de son chiffre d'affaires, conséquences de provisions constituées en partie pour couvrir une augmentation des défauts en Espagne.

Les banques espagnoles augmentent leurs fonds propres pour couvrir un déficit de financement représentant des dizaines de milliards d'euros, ceci résultant d'une situation où elles avaient prêté à tout-va à un secteur immobilier en pleine expansion jusqu'en 2008 mais devenu depuis sinistré.

S&P probable une détérioration de la trajectoire du budget espagnol en raison de la contraction de l'économie.

"Nous pensons que les risques sont de plus importants pour ce qui est des performances budgétaires et de la flexibilité, ainsi que pour le fardeau que représente la dette souveraine, en particulier en raison des nouvelles contingences qui pourraient se matérialiser dans le bilan du gouvernement", explique l'agence dans un communiqué.

Le gouvernement espagnol a dit juger que S&P n'avait pas pris en considération les réformes annoncées depuis décembre et qui sont destinées à relancer l'économie.

S&P explique de son côté que si les réformes du marché du travail sont de nature à réduire "les rigidités structurelles existantes et s'améliorer la flexibilité dans la fixation des salaires, (...) ses bénéfices ne se feront sentir qu'une fois revenue une croissance durable."

"A court terme, nous ne pensons pas que les réformes du marchés du travail seront porteuses de créations nettes d'emplois. Par conséquent, le taux déjà élevé du chômage, tout particulièrement chez les jeunes, va sans doute s'aggraver jusqu'à l'apparition d'une reprise durable."

Daniel Bases, Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...