Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Silvio berlusconi presse bini smaghi de démissionner de la bce

Marché : Silvio berlusconi presse bini smaghi de démissionner de la bce

Silvio berlusconi presse bini smaghi de démissionner de la bceSilvio berlusconi presse bini smaghi de démissionner de la bce

par Francesca Piscioneri

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien a demandé à Lorenzo Bini Smaghi de démissionner du directoire de la Banque centrale européenne, dans le cadre d'un accord tacite passé entre Paris et Rome qui veut s'assurer de l'accession de Mario Draghi à la tête de l'institution monétaire.

Le gouverneur en poste de la Banque d'Italie, est seul candidat à la succession de Jean-Claude Trichet, dont le mandat s'achève fin octobre, mais son ambition pourrait se heurter à un refus de Lorenzo Bini Smaghi de démissionner.

"Il y a une demande officielle du gouvernement pour que Bini Smaghi démissionne", a dit jeudi à la presse le président du Conseil Silvio Berlusconi.

Les députés européens ont appuyé mercredi la désignation de Mario Draghi à la présidence de la BCE, et les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE doivent la valider définitivement lors d'un sommet à Bruxelles les 23 et 24 juin.

Bien qu'il n'existe aucune règle régissant la nationalité des membres du directoire de la BCE, plusieurs pays de la zone euro ont fait savoir qu'ils n'accepteraient pas la présence de deux membres italiens au sein de l'institution monétaire.

"Pour obtenir l'assentiment de la France à Mario Draghi, notre candidat pour la BCE, il faut qu'un Français siège au directoire de la BCE, ce qui devrait arriver à travers la démission de Bini Smaghi", a expliqué le chef du gouvernement italien.

Lorenzo Bini Smaghi, qui siège au directoire depuis 2005 et dont le mandat n'expire qu'en 2013, n'a pas souhaité commenter cette annonce.

"No comment, je ne réponds pas", a-t-il dit à la presse.

Dans un discours prononcé plus tôt dans la journée, Lorenzo Bini Smaghi avait critiqué les tentatives d'ingérence politique dans le fonctionnement de la BCE, insistant sur l'indépendance de ses membres.

La semaine dernière, le vice-président de la BCE Vitor Constancio a lui aussi estimé qu'il ne devait y avoir aucune pression politique à la démission des membres du directoire.

Natalie Huet pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...