Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Robert zoellick craint une propagation de la crise économique

Marché : Robert zoellick craint une propagation de la crise économique

Robert zoellick craint une propagation de la crise économiqueRobert zoellick craint une propagation de la crise économique

par Lesley Wroughton

WASHINGTON (Reuters) - Les mesures protectionnistes et populistes dans le monde en développement risquent d'augmenter à mesure que les nations subiront les retombées de la crise de la dette souveraine en Europe et du ralentissement de l'économie aux Etats-Unis, a estimé jeudi le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick.

Zoellick avertit dans une interview à Reuters qu'une nouvelle crise se prépare, alors que les budgets de nombre de pays en développement n'ont toujours pas pleinement récupéré de la tempête financière de la fin 2008.

Selon lui, la situation budgétaire de plus de la moitié des pays en développement s'est détériorée de l'ordre de 2 points de PIB depuis 2007, et plus de 40% des pays en développement ont désormais des déficits publics dépassant les 4% du PIB.

"Si la situation continue de se dégrader, la croissance des pays en développement risque de s'infléchir, la valeur de leurs actifs pourrait baisser, et puis leurs prêts non performants pourraient augmenter", a expliqué Robert Zoellick.

"Avec de telles pressions et perspectives, nous devons nous attendre à des pressions protectionnistes(...), et à un risque de repli vers le populisme", a-t-il ajouté.

Il dit continuer de penser que les économies des pays industrialisés pourraient éviter une récession à double creux, mais ses inquiétudes grandissent pour le cas où ces pays n'attaqueraient pas de front les problèmes.

"Une crise née dans les pays développés pourrait s'exporter vers les pays en développement", continue-t-il. "L'Europe, le Japon et les Etats-Unis doivent agir pour s'attaquer à leurs gros problèmes économiques avant qu'ils ne deviennent des problèmes plus gros pour le reste du monde".

"Ne pas le faire serait irresponsable", résume-t-il.

Eric Faye pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...