Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Recul du bénéfice net trimestriel d'ubs, la banque privée solide

Marché : Recul du bénéfice net trimestriel d'ubs, la banque privée solide

tradingsat

par Katharina Bart

ZURICH (Reuters) - UBS a publié mercredi un bénéfice net trimestriel réduit de plus de moitié par une charge exceptionnelle mais les résultats solides de son activité phare de banque privée semblent de nature à conforter sa stratégie de recentrage.

A la Bourse de Zurich, l'action de la première banque suisse gagnait 5,65% à 11,98 francs suisses à 9h40 GMT, au plus haut depuis un mois, alors que l'indice SMI prenait 0,83% et que le Stoxx paneuropéen des banques progressait de 0,18% seulement.

Le groupe a précisé que ses activités de banque privée, priorité affichée de sa stratégie, avaient attiré un afflux d'argent frais de 6,7 milliards de francs suisses au premier trimestre, tout en augmentant leurs marges.

"L'afflux net d'argent frais sur les activités de gestion de patrimoine et les marges opérationnelles sont légèrement supérieurs à ce que nous pouvions attendre après la publication des résultats de Credit Suisse, ce qui fait sans doute ressentir les résultats d'UBS comme meilleurs que ceux de ses pairs", a déclaré Jon Peace, analyste chez Nomura. Ce dernier a relevé sa recommandation sur UBS à l'achat.

La semaine dernière, Credit Suisse a fait état d'un léger bénéfice au premier trimestre, en dépit d'une charge de 1,5 milliard de francs sur sa propre dette et grâce à des économies de coûts plus importantes que prévu.

UBS, sous l'égide de son directeur général Sergio Ermotti, s'efforce de réduire la taille de son bilan pour se conformer aux nouvelles règles plus strictes imposées par la Suisse afin de rendre les établissements financiers plus résistants en cas de nouvelle crise financière.

Elle a réduit la part de ses actifs risqués dans son bilan d'environ 30 milliards de francs au premier trimestre, après un recul de 20 milliards au quatrième trimestre 2011, ce qui le place en avance par rapport à ses objectifs.

Elle s'estime en bonne voie pour atteindre son objectif de réduction de coûts de deux milliards de francs suisses d'ici 2013.

CONFIANCE MALGRÉ UN CLIMAT TOUJOURS DIFFICILE

Il a fait état de perspectives prudentes pour le deuxième trimestre en soulignant l'impact sur le comportement de sa clientèle de la crise de la dette dans la zone euro, des préoccupations pour les banques européennes et des déficits américains.

"L'impossibilité de faire avancer ces problèmes clés pourrait remettre en question de nouvelles améliorations des conditions actuelles du marché et continuer de freiner la croissance des revenus, les marges d'intérêts nettes et l'afflux net d'argent frais", ajoute le groupe dans un communiqué.

La banque affiche néanmoins sa confiance dans la capacité de ses activités de banque privée à attirer un afflux continu d'argent frais.

Sur les trois premiers mois de l'année, le bénéfice net du groupe est revenu à 827 millions de francs suisses (688 millions d'euros) contre 1,807 milliard sur la même période l'an dernier.

Les analystes financiers interrogés par Reuters prévoyaient un résultat net de 1,11 milliard.

En novembre, UBS avait indiqué aux investisseurs qu'il réduirait ses actifs risqués dans sa branche valeurs mobilières de 145 milliards de francs suisses en réponse aux nouvelles règles qui rendent plus coûteuse pour les banques la prise de risque dans leurs activités.

La banque a dû inscrire dans ses comptes du premier trimestre une charge de 1,16 milliard de francs suisses (956 millions d'euros) sur sa dette, ce qui a engendré une perte avant impôt de 373 millions de francs pour la division de banque d'investissement.

Les banques doivent en effet inscrire dans leurs comptes des bénéfices si la valeur de leur propre dette diminue puisque cette baisse réduit la valeur théorique de son rachat. A l'inverse, elles doivent constater des pertes si la valeur de la dette augmente.

UBS a mis de côté une somme non dévoilée pour payer un dividende annuel à ses actionnaires, a déclaré mercredi le directeur financier, Tom Naratil, à des journalistes. UBS a distribué l'an dernier son premier dividende depuis la crise financière.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI