Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Rechute des valeurs financières, grèce et etats-unis inquiètent

Marché : Rechute des valeurs financières, grèce et etats-unis inquiètent

tradingsat

par Juliette Rouillon et Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les valeurs financières européennes, notamment les françaises particulièrement exposées à la Grèce, rechutent en Bourse lundi, les investisseurs s'inquiétant de l'enlisement des négociations sur le budget américain et doutant encore de l'efficacité du nouveau plan d'aide à la Grèce.

Les élus démocrates et républicains du Congrès américain ne sont pas parvenus à s'entendre sur un compromis et ont décidé de travailler séparément sur des projets distincts, tandis que Moody's a abaissé la note souveraine de la Grèce de "Caa1" à "Ca", le dernier cran au-dessus du défaut.

Vers 16h45, Crédit agricole perdait 5,11%, plus forte baisse du CAC 40, à 8,953 euros, devant Société générale en recul de 4,73% à 36,275 euros, Axa (-4,19% à 13,735 euros) et BNP Paribas (-3,6% à 47,06 euros). Hors CAC 40, Dexia signait la plus forte baisse du SBF 120 avec une chute de 7,48% à 1,966 euro.

L'indice Stoxx des bancaires européennes abandonnait 2,8% et celui des assureurs 1,63%. L'indice Thomson Reuters des banques des pays périphériques de la zone euro accusait une baisse de 4,9%.

Les banques italiennes UniCredit et Banca Popolare di Milano cédaient respectivement 6,75% et 7,61%, l'espagnole Banco Santander 3,84% et la portugaise Banco Espirito Santo 4,85%.

"PROBLÈME DE CRÉDIBILITÉ"

"L'accumulation d'annonces négatives, à l'image de l'abaissement de la note de la Grèce par Moody's ce matin conjuguée avec l'absence d'accord sur le dossier du plafond de la dette américaine, entraîne de l'aversion au risque sur les marchés actions", explique Géraud Missonnier, analyste marchés chez Saxo Banque.

La semaine dernière, Crédit agricole avait repris 11,3%, BNP Paribas 7,8%, Socgen 9,7%, Natixis 7,3% et Dexia 18,9%, le marché ayant anticipé, puis salué le plan d'aide à la Grèce.

"Les marchés attendent désormais les détails du plan de sauvetage grec et un accord rapide aux Etats-Unis sur la dette américaine. Plus les décisions vont durer dans le temps et plus les valeurs bancaires seront minées par ce climat d'incertitudes croissantes", ajoute Géraud Missonnier.

"Il y a un problème de crédibilité du plan (européen): pour nous il devrait rassurer, mais les investisseurs en demandent encore davantage. Depuis que le risque de contagion à l'Italie et à l'Espagne est avéré, la charge de la preuve est plus élevée", commente un autre analyste parisien qui n'a pas voulu être identifié.

"Le marché se demande aussi comment le Fonds européen de stabilité financière (FESF) va mener de front le refinancement de la Grèce et le soutien aux autres pays avec les moyens dont il dispose", ajoute-t-il pour expliquer les prises de profit.

Par ailleurs, selon l'agence Bloomberg, le deuxième plan d'aide à la Grèce suscite l'hostilité au sein du parlement slovaque, ce qui accroît les doutes du marché sur sa mise en oeuvre. "Tout doit être ratifié par les parlements locaux (des pays de l'UE), aussi il y a des risques au niveau de la mise en place et de l'exécution, et ce n'est pas bon pour le sentiment (des investisseurs)", a commenté un trader.

D'après la Banque des règlements internationaux (BRI), les banques françaises sont les banques étrangères les plus exposées à la Grèce avec environ 57 milliards d'euros de dette publique et privée du pays, devant les banques allemandes dont l'exposition atteint 34 milliards d'euros.

Moody's a averti lundi qu'elle plaçait les banques grecques sous surveillance et pourrait dégrader leur note, notamment celle d'Emporiki, filiale du Crédit agricole.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...