Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Quatrième mois de baisse du marché automobile français

Marché : Quatrième mois de baisse du marché automobile français

Quatrième mois de baisse du marché automobile françaisQuatrième mois de baisse du marché automobile français

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont accusé en juillet leur quatrième mois de baisse d'affilée, subissant toujours le contrecoup de la fin des primes à la casse.

Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a annoncé lundi que les nouvelles immatriculations dans l'Hexagone avaient baissé de 5,9% le mois dernier à 159.945 unités. Juillet 2011 ayant compté 20 jours ouvrables, un de moins que juillet 2010, la baisse à nombre de jours ouvrables comparable (CJO) ressort à 1,2%.

"Juillet est un mois important pour le marché avant la coupure d'août, la performance reste donc plutôt bonne", a commenté un porte-parole du CCFA. "On s'oriente bien vers une baisse de 8 à 10% sur l'ensemble de l'année car il sera impossible de retrouver les niveaux de la fin 2010."

Le marché français continue ainsi de grignoter l'avance acquise sur le premier trimestre, période de livraison des dernières voitures commandées avant la fin de la prime à la casse. Sur les sept premiers mois de l'année, il se maintient encore en hausse, mais de justesse (+0,2%)

La demande est traditionnellement soutenue en juillet avant la dernière salve de départs en vacances. En juin, le marché s'était contracté de 12,6% en données brutes - et de 3,9% en données CJO.

La prime à la casse ayant surtout profité aux petites voitures et aux constructeurs français, dont c'est une grande spécialité, le "mix produit" s'est rééquilibré vers des modèles de plus grande taille depuis la fin des aides. Les constructeurs étrangers, notamment les allemands comme Volkswagen (+7%), en profitent.

En juillet, les immatriculations des constructeurs français ont ainsi baissé de 9,3 % - celles de PSA Peugeot Citroën ont reculé de 7,0% et celles du groupe Renault de 12,4% - tandis que les ventes des constructeurs étrangers n'ont reculé que de 1,2%.

Parmi ces derniers, l'italien Fiat a toutefois accusé une chute de 22,8% à l'échelle du groupe en raison de sa forte exposition au segment des citadines.

Gilles Guillaume, édité par Gregory Schwartz

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI