Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Procter & gamble dépasse le consensus au 4e trimestre

Marché : Procter & gamble dépasse le consensus au 4e trimestre

Procter & gamble dépasse le consensus au 4e trimestreProcter & gamble dépasse le consensus au 4e trimestre

CHICAGO (Reuters) - Procter & Gamble a fait état vendredi d'une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice trimestriel, la baisse des coûts et la hausse des prix de vente ayant permis de compenser le renchérissement du coût des matières premières.

Le groupe, qui suit un exercice décalé, annonçait les résultats de son quatrième trimestre. Il a publié sa première prévision pour l'année fiscale suivante.

Le bénéfice par action du quatrième trimestre a atteint 84 cents, soit un peu plus que le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, qui prévoyait de 82 cents.

Le bénéfice est ressorti à 2,51 milliards de dollars, contre 2,19 milliards un an auparavant.

Le chiffre d'affaires a atteint 20,86 milliards de dollars, contre 20,63 milliards attendus.

En revanche, le groupe a dit ne prévoir pour le premier trimestre qu'un bénéfice par action des activités conservées de 1,00 à 1,04 dollar, contre un consensus de 1,14 dollar.

P&G doit en effet absorber les hausses de coûts liées au pétrole et aux matériaux à base de papier et n'a pas non plus répercuté toutes les hausses des prix de vente qu'il prévoit.

A Wall Street, le titre gagnait 0,20% à 59,70 dollars vers 14h55 GMT, alors que le Dow Jones reculait de 0,44%.

Mark Astrachan, analyste chez Stifel Nicolaus, a estimé que la hausse des bénéfices découlait surtout d'une baisse du taux d'imposition et du produit de la vente d'une marque.

"Dans l'ensemble, nous trouvons ces résultats décevants, mais pas surprenants, étant donné l'incertitude et les faibles dépenses de consommation dans les marchés développés", a-t-il dit.

Les ventes de Procter & Gamble sont meilleures sur les marchés émergents, où le groupe commercialise ses produits les moins chers. Cette tendance devrait se poursuivre à court terme.

"Nous n'avons pas observé ces derniers mois de changement radical dans le comportement des consommateurs", a constaté le directeur général du groupe, Bob McDonald.

Gregory Schwartz pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...