Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pression maximale sur le secteur bancaire européen

Marché : Pression maximale sur le secteur bancaire européen

Brexit, taux, nouvelles règles... les banques européennes souffrent en bourse.Brexit, taux, nouvelles règles... les banques européennes souffrent en bourse.

(Tradingsat.com) - La cote d’alerte est largement dépassée pour l’ensemble du secteur bancaire européen, victime d’une nouvelle vague de défiance boursière. Sur un an, l’indice sectoriel s’effondre de plus de 40%.

C’est une nouvelle période très difficile que doit affronter le secteur bancaire. L’ensemble des grandes banques européennes doit affronter à nouveau un contexte compliqué, avec une actualité chargée et des perspectives à nouveau floues.

Rien qu’en France, les grandes enseignes ont dû affronter la défiance des investisseurs ces 5 derniers jours : BNP Paribas perdant 11,1%, -14,7% pour Société Générale, Crédit agricole -12,4% et -12,5% pour Natixis.

Le Brexit inquiète

Et cette accélération pousse l’indice sectoriel européen au plus bas depuis la mi-février, tout comme le CAC40. Pire, si on fait le bilan sur un an, il dégringole de 43,7%, contre un indice large Stoxx600 qui ne recule que de 20%...

Cette phase de défiance est avant tout alimentée par l’approche du scrutin sur le maintien ou non du Royaume Uni dans l’Union Européenne. La perspective d’un Brexit agite le marché depuis une semaine et demie, à mesure que les différents sondages montrent que le camp des sortants a pris une option sérieuse sur la victoire.

Opération-Vérité contre-productive

Et le monde financier est bien obligé de prendre l’hypothèse en compte. Gestion des liquidités et maintien des circuits de financement, réorganisation voire déménagement de pans entiers d’activité, voire de grandes enseignes elles-mêmes… Les conséquences financières sont incalculables.

D’où la nécessité de prévoir tous les cas de figure possible, et de rassurer l’ensemble de la communauté financière. Mais souvent, ce genre d’opération-vérité a finalement des effets inverses à ceux que les banques recherchent. Le marché se met à paniquer en pensant que si tout le monde s’y prépare, c’est que l’hypothèse d’un Brexit est de plus en plus probable.

Le poids des taux

Mais la menace de ce Brexit n’est pas le seul poids qui pèse sur l’activité des banques. L’autre cause principale de cette inquiétude à plus long terme provient de l’environnement de taux planchers, voire négatifs, qui règle sur l’ensemble de la planète financière.

Le contexte actuel rend les opérations de marché beaucoup plus compliquées, au milieu des différents programmes de soutien de la BCE. Gagner de l’argent sur les activités de banques d’investissement devient un vrai casse-tête

L'Italie, zone critique

Et puis, certaines zones géographiques sont plus en difficulté que d'autres. Si le banques françaises font preuve d'une solidité remarquable et saluée par la communauté financière, ce n'est pas le cas des banques d'Europe du Sud.

Les banques italiennes, en particulier, sont confrontées notamment à l'explosion de leurs créances douteuses, de leurs prêts de mauvaise qualité, les obligeant à entre-fusionner et même à devoir être soutenues par un fonds d'état dédié.

Nouvelles réglementations à venir?

Sans compter une hypothèque de plus long terme : l’environnement réglementaire pourrait bien changer. Le Comité de Bâle, en charge de la régulation bancaire, réfléchit à de nouveaux critères d’évaluation de la circulation du crédit.

Après une mise aux normes Bâle 3, les plus strictes possible en matière de solidité des fonds propres, le prochain volet concerne les critères d’évaluation du crédit. Une nouvelle mutation qu’il va falloir gérer, avec des conséquences notables sur la rentabilité des banques dans le contexte actuel de taux bas et de volatilité qui risque de se prolonger.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI