Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Petit soulagement pour le déficit commercial de la france

Marché : Petit soulagement pour le déficit commercial de la france

Petit soulagement pour le déficit commercial de la francePetit soulagement pour le déficit commercial de la france

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Le déficit commercial de la France s'est légèrement réduit en mars grâce à la baisse des achats de produits pétroliers mais il affiche un bond de 60% sur les trois premiers mois de l'année, à l'opposé de l'Allemagne.

La balance commerciale se solde en mars par un déficit de 5,746 milliards d'euros, après 6,374 milliards (révisé) en février, selon les données CVS/CJO publiées vendredi par les Douanes. Cinq économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un déficit de 6,5 milliards.

Les chiffres mensuels montrent notamment une baisse de 10% environ des importations de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés, "le repli des volumes acheminés l'emportant, ce mois-ci, sur la hausse des prix", expliquent les Douanes.

En net repli vendredi sur les marchés internationaux, le prix du baril de Brent a progressé de près de 25% au premier trimestre, et de 10,6% sur le seul mois de mars selon l'Insee, pour culminer en mars à plus de 120 dollars, alimentant l'envolée des prix à la pompe malgré l'effet amortisseur de la vigueur de l'euro.

La balance énergétique a également bénéficié le mois dernier d'un bond de 40% en un mois des ventes d'électricité à l'Allemagne, conséquence de l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires après la catastrophe de Fukushima au Japon.

Mais pour la balance commerciale française, le petit mieux du mois de mars ne suffit pas à compenser la forte dégradation des deux mois précédents.

Le solde cumulé depuis le 1er janvier s'établit à -18,906 milliards d'euros, contre -11,76 milliards sur les trois premiers mois de l'an dernier, soit une augmentation de 60% du déficit. Un nouveau plus haut trimestriel après le pic historique mensuel atteint en février.

Sur 12 mois glissants, le déficit commercial français atteint 58,1 milliards d'euros.

L'INDUSTRIE LOURDEMENT DÉFICITAIRE

A elle seule, la facture énergétique de la France a augmenté de 20% par rapport au quatrième trimestre de l'an dernier, conséquence d'un bond de 40,4% des achats d'hydrocarbures.

La balance commerciale montre certes un redémarrage des exportations au premier trimestre, en hausse de 3,0% après une quasi-stagnation au quatrième trimestre 2010 (+0,3%). Mais la hausse des importations sur janvier-mars a été plus de deux fois plus rapide (+7,2%).

Et si l'aéronautique, grâce à Airbus, reste le premier poste excédentaire du commerce extérieur français, les industries agroalimentaires (IAA) affichent un excédent pratiquement inchangé sur trois mois tandis que celui de la pharmacie continue de se réduire.

Malgré la petite amélioration de mars, la situation française reste très différente de l'allemande: Berlin, qui publiera lundi les chiffres de sa balance commerciale pour mars, devrait faire état d'un excédent commercial supérieur à 11 milliards d'euros, comme lors des deux mois précédents.

"Les chiffres sont cruels", commente Alexander Law, économiste du cabinet d'études Xerfi. "Hormis l'aéronautique et les IAA (ainsi que les produits agricoles), tous les autres pans de l'industrie ont vu leurs performances commerciales se détériorer par rapport à début 2010."

L'industrie manufacturière affiche ainsi à elle seule un déficit commercial de 11,1 milliards sur trois mois, contre 6,4 milliards sur la période correspondante en 2010.

Et la structure de la balance commerciale favorise les tensions inflationnistes, souligne Alexander Law.

"L'économie française pourrait importer de l'inflation par le biais des produits manufacturés, une configuration qu'elle n'a pas eu à affronter depuis de très longues années", prévoit-il.

Le détail des statistiques sur le site des Douanes:

Edité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI