Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Pas de dédommagement pour les producteurs de légumes, dit berlin

Marché : Pas de dédommagement pour les producteurs de légumes, dit berlin

Pas de dédommagement pour les producteurs de légumes, dit berlinPas de dédommagement pour les producteurs de légumes, dit berlin

PARIS (Reuters) - L'Allemagne n'a pas à dédommager les producteurs de légumes qui ont été pointés du doigt comme vecteurs de la bactérie E. coli avant d'être dédouanés, a estimé samedi l'ambassadeur d'Allemagne en France, Reinhard Schäfers.

L'Espagne, dont les concombres avaient été incriminés dans un premier temps, a fait part de son intention de demander des dédommagements à Berlin pour le préjudice subi par ses producteurs de fruits et légumes qui évaluent les pertes à environ 200 millions d'euros par semaine.

Vendredi, le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a déclaré que l'épidémie aurait un impact très négatif sur la production française de légumes.

Prié de dire si l'Allemagne accepterait de dédommager les producteurs, Schäfers a répondu : "Ce n'est pas à l'Allemagne que cela incombe. Nous sommes victimes d'une épidémie pour le moment, c'est ce qui nous préoccupe."

"Regardez la dimension de la catastrophe. Il me semble que c'est plus grave que les pertes pour les producteurs. Chez nous aussi, les ventes de légumes en provenance de l'Allemagne ont chuté également, c'est la même chose pour nos producteurs", a-t-il déclaré au micro d'Europe 1.

"Je ne peux pas imaginer qu'on compensera financièrement les producteurs (...) Nous avons quand même des mécanismes au niveau européen pour s'en occuper", a-t-il ajouté.

Tout en reconnaissant que les autorités allemandes étaient allées "un peu trop vite" en incriminant les concombres espagnols, il a estimé que la mise en garde était nécessaire au nom du principe de précaution.

"Nous avions trouvé quelque chose sur quelques concombres espagnols, c'est le moment où nous avons prévenu le public, et ça il fallait le faire", a-t-il souligné.

"On est dans un marché intégré où il faut réagir. Les autorités doivent essayer de protéger la population. Si vous avez une information à un certain moment, il faut que vous préveniez le public."

Partie d'Hambourg dans le nord de l'Allemagne il y a une semaine, l'épidémie provoquée par la bactérie E. coli a infecté plus de 1.700 personnes.

Les autorités allemandes ne sont toujours pas parvenues à identifier la source de l'épidémie et continuent de déconseiller la consommation de légumes crus comme les concombres, les salades ou les tomates.

Marine Pennetier

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...