Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Pétrole : Le brut pâtit de la hausse du dollar

Pétrole : Le brut pâtit de la hausse du dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le brut subit vivement le contrecoup des dernières nouvelles provenant des Etats-Unis, qu'elles concernent le budget fédéral ou la future politique de la Fed. Vers 13 heures 15, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en février dérapait de 1,2% à 110,7 dollars, le WTI américain le suivant de 1,2% à 91,8 dollars.

L'accord budgétaire partiel auquel Démocrates et Républicains sont parvenus in extremis en tout début d'année n'a que moyennement convaincu de la capacité de la scène politique américaine à prendre des orientations claires. Et elle augure en outre de début d'une consolidation fiscale aux Etats-Unis, par nature pénalisante pour l'activité économique.

De surcroît, hier, le compte-rendu du comité de politique monétaire par laquelle a décidé le lancement du QE 47, les 11 et 12 décembre dernier, révèle que les membres du FOMC sont plus nombreux que prévu à s'interroger sur les conséquences et les coûts des rachats d'actifs par la Fed. Certains, même, ont exprimé l'opinion de ralentir ou de d'arrêter ces opérations “bien avant la fin de l'année”, ce qui dénote d'une attitude moins accommodante de la part des “décideurs” de la Réserve fédérale américaine.

Or ces QE avaient non seulement soutenu la croissance américaine, mais aussi le cours du brut en pénalisant le dollar US, unique devise de négoce du brut. L'euro, qui avait terminé 2012 au-dessus de 1,32 dollar, vient de passer sous la barre symbolique des 1,30 dollar, signe du regain du statut de valeur refuge du billet vert.

Notons aussi qu'Enterprise Products Partners a indiqué, le 2 janvier, que les travaux visant à augmenter la capacité de l'oléoduc Seaway, qui relie le point de livraison de Cushing, dans l'Oklahoma, à la ville texane de Freeport, sur les bords du golfe du Mexique, se terminent. La connexion de la dernière station de pompage a nécessité l'arrêt total du pipeline, mais en fin de semaine prochaine (soit aux alentours du 10 janvier), le transit devrait reprendre à pleine capacité. La différence sera sensible : la capacité de Seaway passera alors de 150.000 à 400.000 barils/jour.

Ce pipeline de 800 km est exploité par Seaway Crude Pipeline Company, co-entreprise paritaire d'Enterprise Products Partners, qui en est l'opérateur, et d'Enbridge.

Enfin, rappelons qu'exceptionnellement et comme la semaine dernière, l'Energy Information Agency (EIA) fera état cet après-midi, et non le mercredi comme à l'accoutumée, de l'état des stocks de produits pétroliers américains. Globalement, le consensus table sur une légère baisse des réserves commerciales de brut, qui étaient de 371 millions de barils précédemment.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...