Bourse > Actualités > Points de marché > Or : De nouveau, l'once sombre sous les 1.650 dollars

Or : De nouveau, l'once sombre sous les 1.650 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - C'est peu dire que l'or ne profite pas des divergences entre démocrates et républicains qui menacent les Etats-Unis de récession. Au terme du premier fixing de ce vendredi sur le marché de référence de Londres, l'once d'or fin cotait 1.648,25 dollars (- 2,25 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.246,9 euros (+ 3 euros).

Nombreux sont les opérateurs qui font remarquer, comme Triland Metals, que l'once a hier franchi en baisse sa moyenne mobile à 200 jours, située vers 1.661 dollars. Cet indicateur technique est habituellement utilisé pour discerner, à long terme, les tendances haussières des baissières. “La cassure de ce seuil technique est un évènement sérieux et si la tendance se poursuivait, la pression vendeuse pourrait augmenter encore”, indique Triland.

Il faut remonter à la seconde quinzaine du mois d'août pour retrouver trace de fixings inférieure à 1.650 dollars, notamment le 31 août à 1.648,5 dollars. Hier au comptant, l'once est même tombée vers 1.636 dollars, un plus bas de quatre mois, quand en euros l'once se traite à ses plus faibles niveaux depuis mai, relève-t-on chez Commerzbank.

Certes, des pays émergents comme le Brésil, la Russie et la Biélorussie ont augmenté la part de l'or dans les réserves de leurs banques centrales en novembre. Selon Commerzbank, ce mouvement devrait se poursuivre l'an prochain.

Certes, le fameux “fiscal cliff” suscite désormais la crainte plutôt que la confiance. Outre-Atlantique, le 'speaker' de la Chambre des Représentants, John Boehner, n'a pas été en mesure d'organiser un vote sur le 'plan B' des républicains, son propre parti ne pouvant s'entendre à ce sujet. 'Le marché a réagi par une baisse des contrats à terme sur les indices d'actions et des achats de devises refuge, comme le dollar US et le yen', indique Société Générale.

'On peut porter un regard optimiste sur ce développement en considérant que la position de M. Boehner, désormais affaiblie, pourrait accroître les chances qu'un accord soit trouvé', en défaveur des républicains. Mais on peut aussi en tirer une conclusion négative : 'du point de vue du pessimiste, le Parti républicain apparaît maintenant si divisé, sa frange droitière étant profondément braquée, que la possibilité d'un accord s'éloigne'.

Le spécialiste ajoute que le personnel politique américain est maintenant sur le départ en vue des fêtes de Noël. A priori, aucun accord ne sera donc conclu avant le 25 décembre, à l'inverse du souhait formulé par le président Barack Obama. 'Le temps restant pour trouver un accord est limité', ajoute la banque rouge et noire.

En cas d'absence d'accord, des hausses de recettes et des réductions de dépenses automatiques d'un montant d'environ 600 milliards, soit 4% environ du PIB américain, interviendraient alors. Pour mémoire, la Fed table l'an prochain sur une croissance de 2,3 à 3%, qui dans un tel scénario du pire remise en cause.

Mais l'or n'en profite pas de ce regain de craintes et ne cesse de déraper. Hier, on a appris que la croissance américaine du 3ème trimestre avait été révisée finalement à 3,1%, contre 2,7% selon la précédente estimation et un consensus situé vers 2,8%, ce qui a déclenché un net mouvement vendeur.

Pourtant, l'encours global des ETF aurifères a encore augmenté hier de plus de 23.000 onces à un nouveau record de 84,64 millions d'onces.

Certes, comme l'indice le rapport sur l'or en 2013 que PricewaterhouseCoopers (PWC) vient de publier, “plus de 80% des dirigeants des mines d'or s'attendent à une hausse des cours l'an prochain”.

Mais cela ne suffit pas. Alors que se passe-t-il sur le marché de l'or ? Chez Bank of New York Mellon, un analyste cité hier sur le blog du Financial Times, AlphaVille, indiquait : 'la réponse est tout simplement que nous ne savons pas'.

Mais il a cependant quelques idées : 'globalement, les politiques monétaires sont actuellement si accommodantes qu'il n'est plus possible de les détendre encore'. Or cette thématique était l'une des plus citées ces dernières années pour expliquer la hausse de l'or.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta notent que si l'indicateur RSI témoigne d'une situation survendue, la tendance reste baissière et que la prochaine cible se situe à 1.616 dollars. Résistance à 1.668.


Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI