Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Meilleure clôture annuelle à Paris à 3.648,6Pts

Marché : Meilleure clôture annuelle à Paris à 3.648,6Pts

tradingsat

(CercleFinance.com) - Wall Street reste bien orienté ce soir avec des écarts qui s'étagent entre +0,7% (Dow Jones), +1% ('S&P') et +1,3% (Nasdaq).

Les opérateurs pensent qu'une réédition de la séance fortement haussière de lundi est possible (c'est déjà très bien parti) au gré des rumeurs d'avancées la question du 'fiscal cliff': 'l'idée d'un compromis se rapproche avec néanmoins des incertitudes sur son ampleur', souligne Barclays Bourse.

Paris (+0,3%) inscrit sa meilleure clôture annuelle à 3.648,6Pts et réalise par la même occasion un second exploit, historique celui là: le CAC40 vient d'inscrire 19 clôtures positives sur 22 séances (hier, le contrat sur indice a progressé et le 'cash' n'a reculé que du montant du coupon détaché par Total, ce n'était donc pas un 'repli').

Cela représente un ratio de 85% en faveur des hausses sur un mois écoulé: c'est sans précédent... et aucune consolidation supérieure à 0,8% n'est venue entâcher la série, ce qui est -là aussi- du jamais vu en 25 ans.

Les précédentes séries qui ont vu le CAC40 afficher un maximum de 80% de hausses se sont matérialisées sur fond de croissance mondiale record et de hausse des bénéfices à +25% par an... tout le contraire de l'année 2012 et de l'année 2013 où la croissance des 'émergents' risque de pâtir de la récession ou d'une activité anémique dans les pays développés.

Mais en l'espace de quelques semaines et de hausses systématiques, un discours complètement formaté et univoque s'est imposé chez une écrasante majorité de gérants: le risque systémique s'est envolé avec Mario Draghi et comme les placements obligataires ne rapportent rien, la seule alternative sera l'achat d'actions, peu importe qu'il y ait ou non de la croissance en 2013, peu importe que les dividendes s'étoffent.

C'est de l'investissement 'par défaut' et la preuve que les politiques monétaires 'non-conventionnelles subvertissent' totalement la fixation du prix des actifs et rendent les marchés inefficients.

Sauf que si l'Euro semble sauvé, c'est le modèle social européen qui se désintègre symétriquement : après Mario Draghi cet été, c'est Angela Merkel qui l'a réaffirmé brutalement hier devant le Bundestag.

Enfin, si le CAC40 a bizarrement rétrogradé de -0,15% au moment du 'fixing' (de 3.655 vers 3.648Pts) cela démontre que la priorité des 'sherpas' du marché n'est pas d'orchestrer un 'rallye de fin d'année' mais bien de maîtriser la volatilité par le biais de la 'camisole algorithmique' (l'expiration du VIX, c'est demain).

C'est cet impératif qui interdit au CAC40 depuis une semaine de matérialiser le moindre écart de plus de 15 points en intraday.

Aujourd'hui, le corridor de fluctuation, c'était 3.635/3.650 et pour les
places européennes (l'Euro-Stoxx50 inscrit également un zénith annuel à 2.647Pts), le corridor était 2.635/2.645 (10Pts)

A quelques jours de la fin de l'année, et du monde (!), certains analystes regardent déjà dans le rétroviseur. 'Face à un bilan globalement positif pour 2012, l'année 2013 s'annonce compliquée', prédit Aurel BGC. Selon le bureau d'études, la principale thématique sera le rendement des actifs financiers.

'Face à une croissance faible dans les pays développés, les rendements des actifs financiers devraient être bas (hors effet de leviers, le rendement total des actions doit refléter la croissance économique', précise-t-il, ajoutant que 'le marché obligataire offrira, au mieux, un faible rendement'.

Aurel BGC estime que les actions pourraient être privilégiées, par défaut, en l'absence de risque de déflation.

Du côté des valeurs, Alcatel-Lucent s'envole de +8,25% à 1,0460E avec 100 millions de titres échangés (ALU représente la moitié de la hausse du CAC40): de nombreux 'hedge funds' n'ont pas encore débouclé leurs positions 'short'.
Ils espéraient pouvoir profiter de flux vendeurs avec la sortie imminente du CAC40... mais le débordement des 1,02E constitue met les vendeurs à découvert dans une position très inconfortable, avec aucune résistance répérable avant les 1,13E.
Sinon, Altran s'adjuge +3% à 5,45E, alors que les analystes de Société Générale ont relevé leur objectif de cours de 6,4 à neuf euros.
Soitec gagnait +3,3% et Alten lui emboîte le pas, s'adjugeant +2,2% à 27.22E, SG ayant rehaussé son objectif sur le titre de 32 à 37 euros.
Aéroports de Paris gagne 1,5%, avec un trafic en hausse de 1,3% en novembre 2012
Technip reste stable après avoir remporté un contrat d'installation de conduites dans le golfe du Mexique.

Publicis Groupe n'a grappillé que 0,3%, malgré l'annonce de l'acquisition de Monterosa, agence internationale spécialisée dans le mobile.
Les vins et spiritueux sont vendus à l'image de Pernod Ricard (-1,2%) et Remy-Cointreau (-1,3%).
Renault reculait de -2% et semble victime de l'inversion du 'long-short' avec Peugeot qui prend +4,7% à 5,86E (Louis Gallois rentre au conseil de surveillance).

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...