Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Paris et les bourses européennes finissent dans le rouge

Marché : Paris et les bourses européennes finissent dans le rouge

Paris et les bourses européennes finissent dans le rougeParis et les bourses européennes finissent dans le rouge

(Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse, plombées par les valeurs bancaires, l'inquiétude concernant les besoins de financement du secteur ayant été accentuée par la forte décote proposée dans le cadre de l'augmentation de capital d'Unicredit.

Après quatre séances de hausse, l'indice CAC 40 termine en recul de 1,59% à 3.193,65 points, alors que le Dax à Francfort s'est replié de 0,89%. Madrid perd 1,72% et Londres est en retrait de 0,55%. L'indice Euro Stoxx 600 des banques a essuyé un recul de 1,6%.

Le montant des liquidités au jour le jour déposées par les banques commerciales auprès de la Banque centrale européenne a atteint un nouveau record à 453 milliards d'euros.

Wall Street est en légère baisse après l'important rebond de la veille, les difficultés budgétaires en Europe retenant de nouveau l'attention des investisseurs et éclipsant une nouvelle statistique plutôt encourageante pour l'économie américaine. Les commandes à l'industrie américaine ont rebondi en novembre après deux mois de diminution, en raison d'une forte hausse de la demande d'équipements de transport, qui a plus que compensé le ralentissement de l'investissement productif.

L'adjudication de dette à dix ans de l'Allemagne a attiré davantage de demande qu'en novembre, Berlin ayant levé 4,057 milliards d'euros, avec un rendement moyen de 1,93% et un ratio de couverture de 1,3 contre 1,1 précédemment.

A Milan, Unicredit a plongé de 14,45%. La première banque d'Italie par les actifs a annoncé que son augmentation de capital de 7,5 milliards d'euros s'effectuerait au prix de 1,943 euro par action, soit une décote de 43%.

EDF a reculé de près de 5,1% au lendemain de la publication d'un rapport de l'Autorité de sûreté nucléaire impliquant des dépenses d'investissement supérieures aux attentes pour renforcer la sécurité des centrales nucléaires.

Les obligations d'Etat sont délaissées de part et d'autre de l'Atlantique, les investisseurs anticipant une accentuation de la reprise économique aux Etats-Unis après de récents indicateurs allant dans ce sens.

L'Allemagne a levé 4,057 milliards d'euros mercredi lors d'une émission de dette à 10 ans, attirant davantage de demande que lors de la précédente adjudication de ce type en novembre, qui avait laissé craindre une extension de la crise de la dette à la première économie de la zone euro.

L'euro est en nette baisse par rapport à la devise américaine, autour de 1,2930 dollar, après avoir signé sa plus forte hausse en près de deux mois la veille.

Le Brent est repassé sous les 113 dollars le baril, tout en restant en hausse, soutenu par les tensions entre les pays occidentaux et l'Iran.

Les pays de l'Union européenne sont parvenus à un accord de principe pour mettre en place un embargo sur le pétrole iranien, a-t-on appris mercredi de sources européennes.

Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...