Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Paris et berlin disent avoir scellé des accords sur l'euro

Marché : Paris et berlin disent avoir scellé des accords sur l'euro

Paris et berlin disent avoir scellé des accords sur l'euroParis et berlin disent avoir scellé des accords sur l'euro

PARIS (Reuters) - La France et l'Allemagne ont "contractualisé" des accords sur les moyens de résoudre la crise de la dette dans la zone euro, a déclaré vendredi le ministre français de l'Economie François Baroin après une rencontre avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble et Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Les deux ministres n'ont toutefois pas dévoilé les modalités concrètes de cette coopération, renvoyant implicitement à des annonces d'ici à la réunion des chefs d'Etats et de gouvernement du G20 les 3 et 4 novembre, comme s'y sont engagés le président français et la chancelière allemande Angela Merkel dimanche dernier.

"Nous allons au cours des jours prochains poursuivre nos discussions mais nous avons déjà contractualisé des accords qui seront très importants", a dit François Baroin.

"Nous avons bien avancé (aujourd'hui) sur le sentier défini par la chancelière et le président pour trouver les modalités d'un paquet global et durable", a-t-il ajouté.

L'objectif final, a-t-il poursuivi, est d'apporter des réponses aux marchés sur la stabilisation de la zone euro, la situation de la Grèce, la "maximisation" du Fonds européen de stabilité financière (FESF) et un apport de capital aux banques les plus fragiles.

L'espoir d'un début de résolution de la crise de la dette souveraine en Europe a dopé le moral des places financières.

Vers 15h40, l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 progressait de 1,65%.

Aux Etats-Unis, Wall Street a ouvert en hausse, confortée par cette perspective, les opérateurs semblant ne pas se préoccuper, pour le moment, d'un abaissement de la note souveraine de l'Espagne par l'agence Standard & Poor's.

"Nous n'avons jamais été si près d'une solution (à la crise)", a réagi David Thébault, responsable du trading quantitatif chez Global Equities.

"Mais ce n'est pas encore fait. On peut craindre que le marché le prenne mal s'il n'y a pas d'annonce de plan précis et détaillé le 23 octobre (date du prochain Conseil européen-NDLR) le 3 novembre", a-t-il nuancé.

PROTÉGER LE SOLDAT EURO

Wolfgang Schäuble a de son côté assuré que France et Allemagne avaient une "position commune" et s'est dit convaincu que les deux pays sauraient "protéger la zone euro".

Nicolas Sarkozy avait souligné dimanche que le compromis entre Paris et Berlin sur les modalités et la finalité du processus envisagé était "complet", démentant ainsi les informations faisant état de divergences sur le recours au FESF, désormais ratifié par tous les Etats membres de la zone euro.

Alors que les besoins en capital des banques européennes ont été estimés entre 100 et 200 milliards de dollars par le Fonds monétaire international, Angela Merkel avait indiqué que la nouvelle autorité bancaire européenne et le FMI seraient sollicités pour s'assurer que ce qui est proposé est "durable et solide".

Nicolas Sarkozy avait également indiqué que la France et l'Allemagne préparaient un certain nombre d'adaptations des traités européens pour renforcer l'intégration de l'union économique et monétaire.

Matthias Blamont, édite par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...