Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Neutralité de l'euro avant une semaine chargée

Marché : Neutralité de l'euro avant une semaine chargée

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après un vaste mouvement de baisse qui, vendredi dernier, a conduit l'euro à un plus bas de deux mois contre le dollar sous les 1,25, la tendance était à l'attentisme ce midi en prévision d'une actualité politique fournie. Vers 13 heures, l'euro cédait ainsi symboliquement 0,04% à 1,2535 dollar.

Même son de cloche contre le yen, face auquel l'euro s'apprécie très légèrement de 0,04% à 99,67 yens. Enfin, des baisses modestes de respectivement 0,07% et 0,02% sont enregistrées contre le sterling (à 0,7993) et le franc suisse (à 1,2016 franc l'euro).

Notons que bien qu'ils se détendent légèrement ce midi à 6,44%, le taux de l'emprunt d'Etat espagnol à 10 ans reste proche de niveaux élevés atteints fin novembre, où ils avaient culminé vers 6,70%. Malgré la nationalisation quasi-complète de Bankia, l'une des premières banques espagnoles, le doute reste de mise sur ce secteur lourdement exposé à un marché résidentiel sinistré.

“La monnaie unique reste sous pression face au risque de contagion de la crise grecque en particulier vers l'Espagne”, indiquent à ce propos les spécialistes de Saxo Bank.

Selon Aurel BGC, l'agenda statistique de la semaine sera peu fourni sur les deux rives de l'Atlantique Nord. Une exception notable cependant : le rapport mensuel américain sur les créations de postes du mois de mai, attendu vendredi après-midi. En revanche, l'actualité politique s'annonce des plus étoffées en Europe.

Ainsi, dès jeudi, l'Irlande organisera un référendum portant sur la ratification du pacte de stabilité européen renforcé. Certes, les derniers sondages indiquent que le “oui' devrait l'emporter et de toute façon, seule une majorité relative est requise pour sa mise en oeuvre. Mais la victoire du “non” serait un bien mauvais signal, l'Irlande faisant partie des rares pays à avoir choisi une ratification par voie référendaire plutôt que parlementaire.

Autre pays faisant partie des “PIIGS”, la Grèce suscitera elle aussi l'attentisme jusqu'au résultat du nouveau scrutin législatif, qui se tiendra dimanche. Les derniers sondages semblent donner de bonnes positions aux partis historiques de gouvernement. Reste à savoir si ces scores seront suffisamment élevés pour permettre de former, cette fois, une coalition, et si cette dernière sera solide.

Enfin, face à une conjoncture européenne dégradée, la BCE suscite aussi des attentes. “Les investisseurs (...) espèrent une baisse des taux directeurs et, pourquoi pas, un LTRO, une mesure perçue par certains comme du 'quantitative easing' facilitant le financement des Etats, dès le 6 juin prochain”, indique à ce propos Aurel BGC. Ce qui n'est pas garanti, préviennent les analystes : “la BCE doit-elle garder des 'munitions' en cas de 'choc' sur la Grèce ?”, s'interrogent-ils.

Dans l'après-midi, les cambistes prendront connaissance de l'indice de confiance du consommateur américain, selon la mesure du Conference Board.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...