Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Net repli des bourses européennes à la mi-séance

Marché : Net repli des bourses européennes à la mi-séance

Net repli des bourses européennes à la mi-séanceNet repli des bourses européennes à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes accusent pour l'instant leur cinquième baisse en six séances, avec un plus bas de six semaines inscrit dans les premiers échanges et des pertes qui dépassent largement 2% pour la plupart des indices, sous le coup des mises en garde de Moody's au sujet de la France.

L'agence de notation a pointé les risques potentiels liés à une augmentation des coûts de financement de la dette française, confortant ainsi le sentiment que la crise de la dette ne cessait de se propager.

Les craintes désormais habituelles tenant à la crise de la zone euro se trouvant en outre alimentées par la probable copie blanche que rendra la super commission parlementaire sur les moyens de réduire le déficit des Etats-Unis.

Dans cette perspective, les futures sur indices, avec des pertes de plus de 1%, laissent présager une ouverture de Wall Street nettement orientée à la baisse.

La large victoire de la droite espagnole aux élections de dimanche ne parvient pas à rassurer les investisseurs.

"Le flux de nouvelles négatives pousse les investisseurs à sortir du marché", commente Alexandre Le Drogoff (Aurel BGC). "Les choses pourraient évoluer vite à la baisse pour l'Euro Stoxx 50 et, pour l'heure, nous visons les plus bas de 2009".

"L'Europe n'est pas la seule à avoir des problèmes de dette et, de ce côté de l'Atlantique au moins des progrès ont été faits tandis qu'Etats-Unis on est dans une impasse politique", dit David Thébault (Global Equities).

A Paris, le CAC-40 cède ainsi 2,5% à 2.922,27. Comme pour les séances précédentes, les valeurs cycliques et financières figurent parmi celles qui souffrent le plus. L'indice européen des ressources naturelles accuse ainsi la plus forte perte sectorielle du moment (-3,9%) et celui des bancaires arrive en troisième position (-2,69%). Aux banques, les plus forts reculs sont le fait de KBC (-10,75%), d'Alpha Bank (-6,8%) ou encore de Lloyds (-5,7%).

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...