Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Nervosité des changes avant le discours de draghi

Marché : Nervosité des changes avant le discours de draghi

tradingsat

(CercleFinance.com) - La nervosité des opérateurs sur les marchés de changes était perceptible à moins de deux heures d'une conférence de presse très attendue du patron de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi. Dans quelle mesure le patron de l'établissement émetteur de la zone euro traduira-t-il en actes les assurances données cet été ? Dans cette attente, peu avant 13 heures, la monnaie unique européenne prend 0,11% à 1,2617 dollar.

La devise unique du Vieux continent gagnait aussi 0,25% à 99,04 yens et 0,10% à 0,7933 livre sterling.

Après celle de la Banque d'Angleterre à 13h00, la décision de politique monétaire de la BCE est attendue à 13h45, mais c'est surtout la conférence de presse de son président Mario Draghi, à 14h30, qui sera suivie de très près.

Rappelons que la déclaration “musclée” de Mario Draghi, le 26 juillet dernier à Londres, a amorcé des espoirs d'une intervention plus marquée de la BCE dans la crise souveraine de la zone euro. 'Dans le cadre de son mandat, la BCE se tient prête à faire ce qui sera nécessaire à la préservation de la zone euro. Et croyez-moi, cela sera suffisant', avait-il alors déclaré.

Allant plus loin dans cette voie, le patron de la BCE a ensuite évoqué une éventuelle intervention de la banque centrale basée à Francfort sur les marchés secondaires des emprunts d'Etat européens. Un peu dans l'esprit de la Fed (et de la Banque d'Angleterre) et leurs assouplissements quantitatifs (“quantitative easing”), mais avec une dose de complexité supplémentaire toute européenne : le MES serait de la partie, et la BCE n'interviendrait qu'en contrepartie d'engagements budgétaires de la part des Etats concernés, grosso modo.

Mario Draghi a ajouté que son but serait de réduire les taux de la partie basse de la courbe, ce qui suppose d'agir sur les fonds d'Etat à court terme moyen terme (soit d'une échéance inférieure à 10 ans, schématiquement). Voilà pour les intentions. Mais à ce jour, ni les modalités ni le calendrier de l'éventuelle intervention ne sont connus.

Jamais la BCE n'a réalisé une telle opération, à laquelle les représentants politiques de l'Allemagne n'ont pas caché leur hostilité. Notons cependant que Jens Weidmann, patron de la Bundesbank allemande et à ce titre membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a semblé plus mesuré ces derniers temps. Il fait partie de la vingtaine de membres de ce conseil, sorte de comité de politique monétaire où chaque représentant est doté d'une voix.

Nombre d'intervenants parient donc sur l'annonce d'un programme de rachat de titres de dette souveraine européenne sur une base illimitée, mais uniquement pour des échéances allant jusqu'à trois ans. 'Cette solution mériterait de ne pas contrevenir aux règles des traités. En outre, l'ensemble de ces rachats serait 'neutralisé' ce qui permettrait de ne pas alimenter la planche à billet', précise-t-on chez Barclays Bourse.

Prudence, car la Cour constitutionnelle fédérale allemande de Karlsruhe doit rendre, le 12 septembre, une décision concernant le Mécanisme européen de stabilité (MES). Les juges ne devraient pas lui barrer la route, mais le facteur d'incertitude persiste. Outre la complexité technique de l'opération et des doutes quant à sa faisabilité politique, cette échéance pourrait aussi, selon certains intervenants, inciter la BCE à passer son tour cette fois ci. Quitte à ce que Mario Draghi formule de nouveau des déclarations de principe sur les rachats d'obligations d'Etat.

'Il faut quand même qu'il tienne ses promesses, ou l'on risque une lourde correction sur les marchés', s'inquiète un opérateur.

L'institution de Francfort-sur-le-Main pourrait donc quand même agir : à croire les rumeurs des derniers jours, elle pourrait encore abaisser son taux 'refi”. Le 5 juillet dernier, la BCE avait abaissé son principal taux de refinancement de 1 à 0,75%, soit le plus bas niveau depuis la création de l'institution.

Ce midi, si le rendement de l'obligation souveraine espagnole à 10 ans recule de 1% à 6,344%, mais celui du papier italien équivalent reste stable à 5,51%.

Signalons que ce matin sur le marché de Londres, l'once d'or a atteint le cours de 1355,1 euros par once (environ 43,6 euros du gramme), soit un plus haut annuel proche du record de tous les temps dans la monnaie unique européenne (1.359,4 euros, le 9 septembre 2011).

Du côté du franc suisse, totalement stable ces derniers mois au-dessus de 1,20 franc l'euro, un accès de faiblesse est brusquement intervenu hier après-midi. Après avoir terminé à 1,2042 hier soir, le franc helvétique se traite maintenant 1,2047 contre la monnaie unique européenne, non sans avoir marqué une pointe ce matin à 1,2063, un point bas depuis plus de trois mois.

Rappelons que voilà exactement un an, la Banque nationale suisse (BNS) avait décidé de 'fixer un cours plancher de 1,20 franc pour un euro'. 'La surévaluation actuelle du franc est extrême. Elle constitue une grave menace pour l'économie suisse et recèle le risque de développements déflationnistes', assurait alors la BNS, qui ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes. La Banque nationale fera prévaloir ce cours plancher avec toute la détermination requise et est prête à acheter des devises en quantité illimitée.” Le franc avait alors baissé face à l'euro jusqu'à 1,2473 avant de se rapprocher de la barre fatidique.

En attendant, les publications statistiques ont dans ce contexte été mises de côté. Sans surprise, elle sont toujours négatives : on a ainsi appris que le taux de chômage en France (DOM compris) s'établit à 10,2%, la contraction de 0,2% du PIB de la zone euro au deuxième trimestre ayant été confirmées.

L'agenda statistique de l'après-midi sera fourni du côté des Etats-Unis : les cambistes prendront on prendra connaissance successivement de l'enquête ADP de l'emploi privé, des inscriptions aux allocations chômage, de l'indice ISM des services et des stocks de pétrole.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...