Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Morgan stanley réduit sa prévision de croissance mondiale

Marché : Morgan stanley réduit sa prévision de croissance mondiale

tradingsat

PARIS (Reuters) - Morgan Stanley a abaissé ses prévisions de croissance de l'économie mondiale pour les années 2011 et 2012, la révision étant plus forte pour les pays développés.

Dans une note publiée jeudi, la banque d'investissement américaine prévoit désormais une croissance du produit intérieur brut mondial (PIB) de 3,9% en 2011, contre 4,2% auparavant, et de 3,8% en 2012, au lieu de 4,5%.

Le PIB des pays développés ne devrait croître en moyenne que de 1,5% en 2011 et en 2012 (contre respectivement 1,9% et 2,4% prévus auparavant), selon les économistes de Morgan Stanley qui procèdent à une révision en baisse de plus grande ampleur pour la croissance européenne en 2012.

"Nous abaissons encore nos prévisions de PIB dans la zone euro, et cette fois d'un point de pourcentage entier sur la période 2011-2012 et nous attendons désormais une croissance du PIB de 0,5% en moyenne (sensiblement en dessous de notre prévision précédente de 1,2%)", indiquent-ils, en ajoutant que le consensus table sur une croissance de 1,5% en 2012.

Les économistes de Morgan Stanley précisent qu'ils ramènent leur prévision de croissance pour 2011 dans la zone euro à 1,7% contre 2,0% précédemment.

Concernant la France, Morgan Stanley n'attend plus que 1,6% de hausse du PIB cette année (contre 2% auparavant), ce qui implique une croissance très faible au second semestre en tenant compte d'un acquis de 1,4% à fin juin. Pour 2012, la banque n'anticipe plus qu'un chiffre de 0,9%, contre 1,6% jusqu'alors.

Morgan Stanley estime donc à environ 10 milliards d'euros, l'équivalent d'un demi-point de PIB, l'effort budgétaire supplémentaire à fournir pour que Paris tienne ses objectifs de réduction du déficit.

BAISSE DES TAUX DE LA BCE PRONOSTIQUÉE

Ces révisions, expliquent les économistes de Morgan Stanley, découlent des erreurs récemment commises dans la politique économique des Etats-Unis et de l'Europe, ainsi que de la perspective de mesures d'austérité plus sévères en 2012.

Pour les pays émergents, ils voient une décélération de la croissance de 7,8% en 2010 à 6,4% en 2011 (contre +6,6% attendu précédemment). Pour 2012, ils abaissent leurs prévisions pour les émergents à +6,1% (contre +,6,7%).

S'ils estiment que les pays développés flirtent avec la récession (comprise comme deux contractions trimestrielles consécutives du PIB), ils écartent le scénario d'un retour en récession.

"Dans ce contexte, nous n'attendons plus de hausse des taux de la BCE mais plutôt une baisse des taux l'année prochaine - nous abaissons notre prévision sur le taux refi (taux principal de la BCE, NDLR) à 1% fin 2012 contre 2% précédemment", écrivent les économistes de Morgan Stanley.

Après deux relèvements cette année, le taux refi de la BCE est actuellement à 1,5%.

"Alors que l'anxiété sur la croissance gagne, nous nous attendons à ce que le rendement du Bund 10 ans tombe à 2%", ajoutent-ils, en préconisant de rester prudent sur les actions et de sous-pondérer les valeurs cycliques.

Raoul Sachs, avec Marc Angrand, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI