Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marchés : Nouvel abaissement des prévisions de l'aie

Marchés : Nouvel abaissement des prévisions de l'aie

tradingsat

(CercleFinance.com) - Dans son édition de février de l'Oil Market Report, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) souligne 'l'équilibre inconfortable' qui a caractérisé les marchés pétroliers au mois de janvier : les tensions autour de l'Iran ont contrebalancé de plus faibles perspectives économiques, indique l'agence. Au final, l'Agence a, une fois encore, abaissé ses prévisions de demande de brut pour 2012.

Certes, 'les premiers éléments d'un climat hivernal ont poussé le Brent a ses plus hauts niveaux de six mois'.

Mais le FMI a réduit ses prévisions de croissance mondiale de 2012 de 4% à 3,3%, et l'AIE se sert de cette modélisation de PIB pour faire “tourner” les siennes en matière de brut.

L'agence a donc, comme tel est continûment le cas depuis le 3ème trimestre 2011, abaissé sa prévision mensuelle de demande mondiale de brut pour 2012 : réduite de 0,3 million de barils/jour par rapport à celle de janvier, elle revient à 89,9 millions de barils/jour.

Chiffre qui reste supérieur à celui de 2011, à 89,1 millions de barils/jour, mais de moins en moins (+ 0,8 million de barils/jour, soit + 0,9%).

Du côté de l'offre, l'OPEP a encore augmenté sa production le mois dernier à 30,9 millions de barils/jour, un niveau record depuis octobre 2008, grâce à la reprise de la production en Libye et à l'Arabie saoudite.

Du côté de l'Iran et des sanctions internationales qui ont ou vont frapper le 2ème producteur de pétrole du Moyen-Orient, l'AIE estime 'l'offre pétrolière est suffisamment flexible (...) pour s'ajuster à une baisse des volumes en provenance d'Iran'.

L'AIE explique qu'aux Etats-Unis, le problème est toujours le même : alimentés par les flux de pétrole provenant du Canada, les stocks s'accumulent au terminal de Cushing, dans le Midwest. Or le manque structurel d'oléoducs qui permettraient d'évacuer ces stocks 'centraux' vers les raffineries situées dans le golfe du Mexique ne se règle pas, le projet Keystone XL ayant récemment été reporté. C'est ce qui explique la divergence de trajectoire du WTI et du Brent.

Les problèmes géopolitiques des deux Soudans portent aussi sur des questions d'oléoducs, et la manière d'évacuer le brut du nouvel Etat du Sud vers celui du Nord et sa côte sur la Mer rouge, où il part essentiellement pour l'Asie.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...